mediacongo.net - Actualités - On a visité le temple mormon du Chesnay : 4 questions sur un lieu secret 
Retour Religion

On a visité le temple mormon du Chesnay : 4 questions sur un lieu secret

On a visité le temple mormon du Chesnay : 4 questions sur un lieu secret 2017-04-09
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/04-avril/03-09/mormon_eglise_france_17_002.jpg -

Sourires Colgate, bodygards et accueil en anglais... On se croirait à la Maison-Blanche ce vendredi matin au Chesnay (Yvelines), à deux pas des jardins du château de Versailles. Un autre bâtiment majestueux y est inauguré : le premier temple mormon de France métropolitaine.

20 ans que les membres de la communauté mormone française attendent cet événement célébré en grande pompe en présence de dirigeants de l’Eglise, venus tout droit de l’Utah, et du plus célèbre mormon du monde, Mitt Romney. L’ancien candidat à la présidence américaine, francophile déclaré, tenait à être présent pour inaugurer le 156e temple sur terre de l’Eglise des saints des saints. C’est le lieu le plus sacré pour les mormons, où ils célèbrent mariages et baptêmes. Leur envie d’en faire un cadre exceptionnel saute au visage. Salles de culte, jardins, tableaux, boiseries… Tout évoque le luxe. Nous pu pénétrer dans cet écrin secret qui soulève de nombreuses interrogations.

Qu’est-ce que la religion mormone ? 

Les mormons se réclament de la chrétienté. Ils s’appuient sur la bible en plus du livre des mormons, écrit par le fondateur Joseph Smith en 1830. Ils pratiquent le culte dominical dans des cérémonies proches du culte protestant, sans faste et souvent rattaché aux réalités de la vie quotidienne. Pas de soutane, de christ en croix ni de clergé professionnel. En dehors d’un cercle restreint de dirigeants basés aux Etats-Unis, les prêtres mormons sont tous bénévoles, peuvent se marier et mener une activité professionnelle.

Les mormons pratiquent un culte assez épuré, mais prônent des valeurs morales strictes, traditionnelles : le divorce est autorisé, mais l’Eglise est contre l’avortement, contre les mariages homosexuels, contre les jeux d’argent, l’alcool, le tabac, le thé, le café… Elle loue la chasteté, la fidélité et place la famille au centre de la foi. Pour eux, la notion de famille existe avant la vie physique et perdure au-delà de la mort. Les membres de l’Eglise fondent des alliances sacrées pour s’unir éternellement. Ils pratiquent même des baptêmes pour les personnes décédées avant qu’elles aient pu se convertir au mormonisme, afin de les sauver. La polygamie, autorisée initialement, et souvent associée à cette religion dans les esprits, est proscrite depuis 1889.

20 ans que les membres de la communauté mormone française attendent cet événement célébré en grande pompe en présence de dirigeants de l’Eglise, venus tout droit de l’Utah, et du plus célèbre mormon du monde, Mitt Romney. L’ancien candidat à la présidence américaine, francophile déclaré, tenait à être présent pour inaugurer le 156e temple sur terre de l’Eglise des saints des saints. C’est le lieu le plus sacré pour les mormons, où ils célèbrent mariages et baptêmes. Leur envie d’en faire un cadre exceptionnel saute au visage. Salles de culte, jardins, tableaux, boiseries… Tout évoque le luxe. Nous pu pénétrer dans cet écrin secret qui soulève de nombreuses interrogations.

Qu’est-ce que la religion mormone ? 

Les mormons se réclament de la chrétienté. Ils s’appuient sur la bible en plus du livre des mormons, écrit par le fondateur Joseph Smith en 1830. Ils pratiquent le culte dominical dans des cérémonies proches du culte protestant, sans faste et souvent rattaché aux réalités de la vie quotidienne. Pas de soutane, de christ en croix ni de clergé professionnel. En dehors d’un cercle restreint de dirigeants basés aux Etats-Unis, les prêtres mormons sont tous bénévoles, peuvent se marier et mener une activité professionnelle.

Les mormons pratiquent un culte assez épuré, mais prônent des valeurs morales strictes, traditionnelles : le divorce est autorisé, mais l’Eglise est contre l’avortement, contre les mariages homosexuels, contre les jeux d’argent, l’alcool, le tabac, le thé, le café… Elle loue la chasteté, la fidélité et place la famille au centre de la foi. Pour eux, la notion de famille existe avant la vie physique et perdure au-delà de la mort. Les membres de l’Eglise fondent des alliances sacrées pour s’unir éternellement. Ils pratiquent même des baptêmes pour les personnes décédées avant qu’elles aient pu se convertir au mormonisme, afin de les sauver. La polygamie, autorisée initialement, et souvent associée à cette religion dans les esprits, est proscrite depuis 1889.

 
La cour intérieure du temple et une partie des jardins qui resteront ouverts au public. (DR)

Pourquoi s'installer au Chesnay ? 

Les mormons de France, bien que peu nombreux – 38.000 sur 16 millions de membres dans le monde – ne disposaient pas jusqu’alors de temple en métropole. Il en existe un en Polynésie depuis 1983 où le culte mormon est plus implanté, mais rien dans l’Hexagone. Les fidèles de Joseph Smith devaient se déplacer à l’étranger pour les sacrements (mariages, baptêmes) qui ne peuvent se faire que dans un temple. "Désormais, nous pourrons nous marier religieusement dans notre pays", déclare, heureux, Gérald Caussé, un des rares français dirigeants de l’Eglise au niveau mondial.

Plus présents dans les grandes villes qu’en zones rurales, les mormons cherchent depuis 1998 un terrain en région parisienne pour y construire un temple. Après plusieurs prospections, ils jettent leur dévolu sur une ancienne friche EDF au Chesnay, à quelques encablures de Versailles où la communauté possède une église. Après désamiantage du terrain, validation du permis de construire et échec des quatre recours déposés devant le Tribunal administratif par des riverains mécontents, les travaux débutent en 2012. Cinq ans plus tard, ils dévoilent un écrin fastueux sécurisé par une armée de vigiles et de caméras.

Salle de réception, fonds baptismaux, jardin style art nouveau, résidence hôtelière pour les fidèles venus de loin, et même parking souterrain sous le temple, tout a été réalisé avec une précision d'orfèvre.

Quel financement ? 

Difficile de faire cracher le morceau aux responsables, mais le projet aurait coûté 80 millions d’euros d’après le maire de la ville Philippe Brillault. Une somme astronomique que Dominique Calmels, le directeur national de la communication de l’Eglise, ne confirme ni n’infirme auprès de "l'Obs" :

"C’est secret, nous n’avons pas à le dévoiler, le maire dit ce qu’il veut, mais le mètre carré est cher à Versailles [le temple en compte 7.000, NDLR], le marbre et les autres matériaux sont d’une qualité exceptionnelle, le parking souterrain peut accueillir 150 véhicules. Tout cela a un coût."

Contactée par "l'Obs", la mairie affirme qu’elle n’avait pas les moyens de réaménager ce terrain, notamment en raison des coûts de dépollution exorbitants. "Le prix du terrain représente le prix du budget investissement annuel de la commune", précise une membre du cabinet du maire. Impossible de préempter le terrain, la venue des mormons arrange donc la commune.

Le maire Philippe Brillault s’y est résolu :

"Je ne peux pas vous dire que je me suis réjoui quand les mormons sont venus nous dire que le terrain les intéressait. Ils payent comptant et leur projet, du point de vue de l’urbanisme, correspond aux attentes des riverains. Avec un tel cahier des charges, ils ont pas mal de longueurs d’avance par rapport aux autres clients."

Sans paraître gênés par la question, les fondateurs du temple de Paris restent toutefois évasifs quant aux financeurs : "C’est l’Eglise qui a payé", obtient-on en guise de réponse. Les dons français n’ont pas suffi, donc la majeure partie du financement est étrangère. Et l’Eglise mormone ne manque pas de moyens. Pour la financer, ses membres appliquent une règle de l’ancien testament sur la base du volontariat, la loi de la dîme. Ce principe veut que les fidèles reversent 10% de leurs revenus à l’Eglise pour lui garantir une autonomie financière. "30% des mormons appliquent ce principe", selon Dominique Calmels. Le résultat est là, le temple de Paris est d’une architecture remarquable.

Un faste qui contraste avec les principes moraux de simplicité et d’égalité déclamés par les mormons. Tout le monde doit se vêtir de blanc dans le temple pour ne pas afficher de signes extérieurs de richesse. Nul besoin, la profusion est sur les murs. "C’est normal, il n’y a qu’un seul temple dans le pays. C’est un peu comme une cathédrale", explique un fidèle converti depuis 1977.

Quelles polémiques ? 
La communauté mormone française, réputée discrète et sous l'influence de sa cousine américaine, soulève des interrogations, voire des peurs. Elle est souvent taxée de prosélytisme et peut-être à juste titre. Les missionnaires, bien repérables avec leurs chemises blanches et leurs cravates noires, sont actifs. C’est d’ailleurs une des principales craintes soulevées par les riverains : se voir assaillir par une armée d’experts en porte-à-porte. Mais le temple n’est pas un lieu d’enseignement théologique, il n’y aura donc pas de rassemblement de missionnaires.

Autre questionnement, le potentiel aspect sectaire de l'Eglise, balayé d’un revers de la main par la mairie : "Honnêtement, nous ne savions pas vraiment qui étaient les mormons. En France, ils sont très discrets, mais s’ils constituaient une secte, le dossier se serait retrouvé dans les mains du préfet et la mairie du Chesnay n’aurait pas eu son mot à dire."Même son de cloche du côté de Serge Blisko, le directeur de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) :

"En ce qui concerne la Miviludes, il y a eu quelques interrogations, c’est une Eglise exotique pour des Français, mais jamais de constat de dérive sectaire dans cette Eglise mormone de France."

Plusieurs recours ont pourtant été déposés devant le tribunal administratif pour annuler le permis de construire. Quatre en tout, tous déboutés. "A partir du moment où le permis de construire est conforme au PLU et respecte les règles d’urbanisme et de construction (accès handicapés…), la mairie ne peut plus rien faire s’agissant d’un terrain privé, sinon ce serait de l’abus de pouvoir", explique-t-on du côté de la municipalité du Chesnay.

Pour désamorcer les inquiétudes, les mormons ont participé à des réunions publiques et sont allés à la rencontre des représentants des autres religions du département. Symbole de cette volonté de faire patte blanche, les jardins du temple resteront ouverts au public, ce qui n’est pas le cas du reste du lieu, exclusivement réservé aux mormons. Toujours dans cette logique, des portes ouvertes sont actuellement organisées jusqu’au 13 mai pour découvrir le temple. Après la "consécration" du lieu, ce ne sera plus possible.


Le Temps
832 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Moïse, prophète aux visages multiples
left
ARTICLE Précédent : Kongo Central : contribution de l’Assemblée provinciale à l’érection du musée de l’église Kimbanguiste à Nkamba