mediacongo.net - Actualités - A Kinshasa : de fausses accusations de viol pour extorquer de l’argent 
Retour Société

A Kinshasa : de fausses accusations de viol pour extorquer de l’argent

A Kinshasa : de fausses accusations de viol pour extorquer de l’argent 2017-03-19
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/03-mars/13-19/kinshasa_centre_ville_vue_16_004.jpg Kinshasa-

A Kinshasa, certaines femmes se mettent à inventer des viols qu’elles imputent à l’imprudent qui tombe dans leurs filets. Elles font chanter l’homme pour obtenir de lui une somme d’argent en échange de leur silence, en guise de dommages et intérêts.

En 2010, la RDC occupait le rang de capitale mondiale des violences sexuelles faites à la femme. Aujourd’hui, force est de constater que plusieurs cas de ces viols présumés ont été montés de toutes pièces par certaines femmes malveillantes pour se faire de l’argent.

La technique de ces femmes est simple : se laisser approcher ou s’approche soi-même de l’homme, lui réclamer une somme d’argent en prétendant avoir eu des rapports sexuels avec lui. Pris de peur, l’homme débourse sans hésiter la somme d’argent exigée. D’autres femmes encore n’hésitent pas à traduire l’homme en justice en se présentant soudainement comme mineures afin d’obtenir des dommages et intérêts.

Les victimes s’expriment

Fraîchement revenu d’Europe, un prêtre catholique est tombé dans le piège. Il raconte sa mésaventure : « Elles étaient à deux, aux allures d’étudiantes aux abords de la chaussée. Il venait de pleuvoir, et je les ai transportées dans ma voiture. Nous avons  parcouru un bon bout de trajet vers le rond-point Victoire, lorsque soudainement, l’une d’elle se met à me dire : ‘’donne-nous de l’argent’’. Je ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire. J’ai demandé alors pourquoi ? L’autre me répond : ‘’parce que tu as couché avec nous’’. C’est à ce moment-là que j’ai  compris que j’étais piégé. Elles insistaient et criaient très fort. Finalement, elles m’ont obligé à arrêter la voiture. L’une d’elle s’est mise à courir pour aller chercher des policiers. L’autre s’est agrippée au col de ma chemise. Au commissariat, j’ai dû payer 20 dollars sans compter ce que m’ont soutiré ces policiers. »

Comme ce prêtre, Héritier, un jeune habitant de la commune de Limete s’est fait soustraire 10$ par une autre fille à qui il était pourtant venu en aide. « Agée entre 15 ans et 16 ans, apparemment inoffensive, la fille s’approche de moi pour me demander un peu d’argent. Par pitié, je lui offre un billet de 1000 FC. Quelques minutes après, elle se met à me suivre. Je me retourne, elle me dit « ekoki te » (ce n’est pas suffisant), je ne comprenais pas. Elle déclare ensuite que nous sommes sortis ensemble, et que je dois lui donner plus d’argent. Elle menaçait de crier « au secours ». J’ai eu peur car les gens nous regardaient. Je ne savais que faire d’autre si ce n’est de lui donner tout ce que j’avais ».

Si ces hommes ont réussi à se débarrasser à temps de ces femmes malveillantes, ce n’est pas le cas pour d’autres. Certaines femmes, vont directement devant les tribunaux, pour faire valoir leur minorité d’âge, et mettre ainsi en accusation l’homme sous prétexte d’avoir couché avec lui. Beaucoup de célébrités ont été confrontées à de pareilles affaires. C’est le cas de l’artiste Saï-Saï accusé à tort d’avoir abusé d’une « prétendue mineure ».

La vigilance exigée

Puisque nul ne sait vraiment à temps quand est ce que cette escroquerie peut lui arriver, il est important que des hommes vivant à Kinshasa, ou de passage soient plus prudents et vigilants.


habarirdc
2022 suivent la conversation
5 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Evangéliste Robert KIKIDI - 23.03.2017 09:11

C'est dommage de voir que même devant la police et le tribunaux ,les innocents sont condamnés comme si le f

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Eclaireur - 20.03.2017 12:30

Les policiers et les magistrats sont aussi dans le coup. Ils encouragent ces filles à leur ramener des nouveaux cas.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Goma - 20.03.2017 12:15

C'est partout. Les hommes sont extorques meme s'ils n'ont rien fait. Si vous resistez un peu elle crie et la police vous ramasse pour 5 ans de prison. Vraiment les femmes?

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Goma - 20.03.2017 08:38

C'est partout. Les hommes sont extorques meme s'ils n'ont rien fait. Si vous resistez un peu elle crie et la police vous ramasse pour 5 ans de prison. Vraiment les femmes?

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 20.03.2017 06:00

Merci pour ces conseils et pole à tous ceux qui sont déjà tombés dans ces pièges des bandites, y compris moi même ici à Goma mais j'ai réussi à me faire sortir de l'affaire en donnant plus de l'argent que mon aide comme le prêtre et son amis. Donc ce n'est pas une histoire de Kin seulement mais presque toutes les villes du pays sauf les villages où la morale reigne encore mais coincer aussi par les groupes armées. Et beaucoup d'étudiantes sont entrain de financer leurs étudiantes dans cette mésaventure.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR