mediacongo.net - Actualités - RD Congo : Moïse Katumbi dénonce l’exploitation illégale du bois rouge dans le Haut-Katanga 
Retour Science & env.

RD Congo : Moïse Katumbi dénonce l’exploitation illégale du bois rouge dans le Haut-Katanga

RD Congo : Moïse Katumbi dénonce l’exploitation illégale du bois rouge dans le Haut-Katanga 2017-03-14
Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/03-mars/06-12/katumbi_moise_17_008_1.jpg -

L’opposant congolais Moïse Katumbi s’alarme de l’exploitation illégale du bois rouge dans le Haut-Katanga, l’une des quatre provinces issues du riche Katanga, qu’il a dirigé entre 2007 et 2015. Il s’apprête à envoyer un courrier à l’Union africaine (UA) sur le sujet.

« Après les mines, on s’attaque désormais à nos forêts », dénonçait ce lundi 13 mars le dernier gouverneur du Katanga, dans la province méridionale de la RD Congo. Alerté par des habitants, Moïse Katumbi s’est aussi dit « profondément préoccupé par la multiplication des cas d’exploitation illégale de bois rouge dans le Haut-Katanga ».

Élu gouverneur du Katanga (aujourd’hui démembré) en 2007, Moïse Katumbi a dû démissionner de son poste en septembre 2015, consacrant ainsi son divorce avec le président Joseph Kabila. Poursuivi dans deux affaires rocambolesques celle relative au recrutement de mercenaires étrangers et un litige immobilier, l’opposant a quitté la RD Congo, au lendemain de son inculpation pour atteinte à la sûreté intérieure et extérieure du pays.

Plus de 100 hectares de forêt coupés chaque jour

Se fondant sur des témoignages d’habitants sur place, Moïse Katumbi explique au téléphone à Jeune Afrique que « la faune se retrouve menacée : plus de 100 hectares de forêts sont coupés chaque jour sur la route Kasenga et Pweto. Et plusieurs camions sont mobilisés pour transporter du bois rouge vers l’extérieur du pays ».


« Je compte envoyer un courrier à l’UA et à d’autres institutions internationales spécialisées, pour les interpeller et faire arrêter ces attaques contre l’environnement », poursuit-il depuis son exil, dénonçant un « vrai mercenariat contre la nature ».

À cette allure, c’est le parc national de Kundelungu qui risque de disparaître.
« Car, à cette allure, c’est le parc national de Kundelungu qui se trouve dans la zone de cette exploitation illégale, qui risque de disparaître », ajoute l’opposant, tirant la sonnette d’alarme sur des « risques de sécheresse et ses conséquences sur les barrages hydroélectriques » dans cette partie du pays.

« J’invite le président Joseph Kabila à se pencher sur ce sujet », conclut-il.


Jeune Afrique/MCN
1381 suivent la conversation
2 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Dobototoko - 14.03.2017 15:41

Haaaaaaaaa ça fait rire.Un voleur qui crie au voleur. Moise tu dois nous dire quand est ce que cette exploitation a commencer. Toi qui avais confisqué tous les commerces juteux au Katanga. C'est ça l'opposition de blanchissement en RDC.

Non 4
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jamel - 14.03.2017 14:30

Merci de dénoncer cela car c'est une richesse qui n'est pas partagée à la population. Mais Moise dit nous, c'est depuis quand cette exploitation illicite a commencé ???? n'est ce pas dépuis 2010 ????? Reverse alors ta part dans les actions communautaires en faveur des pauvres.

Non 2
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : C’est prouvé : vous ne pouvez pas avoir plus de 150 « vrais » amis sur Facebook
left
ARTICLE Précédent : Une Firme suisse compte s’impliquer dans la construction des parcs publics en RDC
AUTOUR DU SUJET

Stop à l’exploitation illégale en RDC : l’ICCN réintroduit dans la nature une centaine de...

Science & env. ..,

La CIRGL crée une unité pour lutter contre l’exploitation illégale des ressources naturelles

Politique .., Kinshasa