mediacongo.net - Actualités - Irak: la bataille de Mossoul-Ouest se concentre près de l'aéroport http://ici.radio-canad

Retour Monde

Irak: la bataille de Mossoul-Ouest se concentre près de l'aéroport http://ici.radio-canad

Irak: la bataille de Mossoul-Ouest se concentre près de l'aéroport http://ici.radio-canad 2017-02-21
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/02-fevrier/20-26/irak_armee_17_0001.jpg Bagdad, Irak-

Armée irakienne

Les forces progouvernementales irakiennes sont parvenues lundi aux abords de l'aéroport de Mossoul, premier objectif de l'offensive contre la partie occidentale de la deuxième ville du pays, aux mains des combattants du groupe armé État islamique (EI). Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, est à Bagdad pour réaffirmer l'appui des États-Unis à cette guerre.

Appuyées par des avions et des hélicoptères, les troupes irakiennes ont atteint le voisinage de l'aéroport après avoir délogé les combattants qui défendaient Albou Saïf. Situé sur une colline qui surplombe l'aéroport, ce village fournissait ainsi une ligne de défense naturelle.

La conquête de l'aéroport, actuellement inutilisé, et d'une ancienne base militaire adjacente permettrait à l'armée irakienne d'en faire des bases de soutien rapprochées avant de se lancer à la reconquête des quartiers de Mossoul-Ouest, où environ 700 000 civils vivraient toujours.

Selon l'AFP, les combattants de l'EI ont établi une ligne de défense renforcée au nord de l'aéroport afin de protéger la vieille ville, une zone densément construite où les véhicules blindés de l'armée irakienne auront du mal à se déplacer. Des experts s'attendent à ce que les djihadistes y défendent chèrement leur peau, avec leurs moyens de prédilection, incluant des attentats-suicide à la voiture piégée et des tireurs d'élite.

La marche vers l'aéroport, qui est appuyée par la coalition internationale sous commandement américain, s'inscrit dans la deuxième phase de la contre-offensive visant à reprendre la ville, tombée aux mains des djihadistes en juin 2014.

La partie orientale de Mossoul, située à l'est du Tigre, avait pour sa part été reprise dans son intégralité en janvier, après une centaine de jours de combats.

L'avancée des forces progouvernementales irakiennes a été annoncée dimanche par le premier ministre Haider Al-Abadi, après une pause de 26 jours. Arrivant du sud, elles se sont emparées d'une quinzaine de villages dans une zone désertique, le long du chemin menant à l'aéroport.

Il est difficile d'estimer le nombre de djihadistes toujours présents dans Mossoul-Ouest. Selon un responsable des services de renseignements américains qui accompagne M. Mattis à Bagdad, il y en aurait environ 2000. Au déclenchement de la bataille de Mossoul, le nombre de combattants faisait l'objet d'estimations très variables, allant de 3000 à 7000.

Mattis à Bagdad

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, est arrivé à Bagdad lundi matin pour y rencontrer de hauts dirigeants irakiens, dont le premier ministre Al-Abadi et le ministre irakien de la Défense, Irfan Al-Hiyali. Il doit également s'entretenir avec le lieutenant-général Stephen Townsend, grand patron des quelque 5000 soldats américains déployés en Irak.

Dès son arrivée, M. Mattis a cherché à apaiser les tensions engendrées par le décret du président américain Donald Trump interdisant de séjour les ressortissants musulmans de sept pays, dont l'Irak, et par une déclaration de ce dernier selon laquelle les États-Unis auraient dû garder le pétrole irakien après le renversement de Saddam Hussein en 2003, pour financer l'effort de guerre et priver l'EI d'une source vitale de financement.

Le numéro un du Pentagone, ancien commandant des forces américaines en Irak, a dit ignorer la teneur de la nouvelle mouture du décret pour interdire provisoirement le sol américain à certains ressortissants musulmans, mais « je suis certain que nous prendrons des mesures pour permettre à ceux qui ont, par exemple, combattu avec nous de se rendre aux États-Unis », a-t-il indiqué.

Donald Trump a fait de la lutte contre l'EI l'une des priorités de son mandat et son secrétaire à la Défense pourrait décider d'accroître les effectifs américains en Irak et en Syrie, qui sont actuellement de moins de 6000 hommes. D'autres options telles que l'envoi d'hélicoptères de combat ou de pièces d'artillerie en plus grand nombre sont également à l'étude.

M. Mattis, un ancien général à la retraite qui a combattu en Irak et en Afghanistan, a également tenu à relativiser les propos de M. Trump concernant le pétrole. « Nous, en Amérique, nous avons généralement payé pour le gaz et le pétrole et je suis sûr que nous allons continuer à le faire dans l'avenir », a-t-il dit. « Nous ne sommes pas en Irak pour accaparer le pétrole. »


AFP / Reuters / Radio Canada / MCN
239 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : Proche-Orient : Pourquoi Jérusalem est importante
AUTOUR DU SUJET

Irak: Le Premier ministre annonce "la fin de la guerre" contre l'EI

Monde .., Bagdad, Irak

Theresa May en visite surprise à Bagdad

Monde .., Bagdad, Irak

Irak : l'armée à l'offensive près de Kirkouk, les Kurdes « prêts à se défendre »

Monde ..,

Un attentat revendiqué par l'EI fait au moins 52 morts en Irak

Monde .., Bagdad, Irak