mediacongo.net - Actualités - La RDC engagée dans la mise en œuvre des six outils de lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles

Retour Science & env.

La RDC engagée dans la mise en œuvre des six outils de lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles

La RDC engagée dans la mise en œuvre des six outils de lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles 2017-02-20
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/02-fevrier/13-19/faune_rdc_17_003.jpg -

Le coordonnateur du Mécanisme national de coordination de le Conférence internationale sur la région des Grands-lacs (MNC/ CIRGL-RDC), Aimé Kakesse Vinalu, a affirmé que la RDC est résolument engagée depuis 2010 dans la mise en œuvre des six outils de l’Initiative régionale de lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles (IRRN).

Dans un point de presse animé samedi à Kinshasa, sur les dix années d’existence de cette structure sous-régionale, il a noté que ces six outils se rapportent au mécanisme de certification régionale, à l’harmonisation des législations nationales, à la base des données sur le flux des minerais, à la formalisation du secteur minier artisanal, à la promotion de l’Initiative de la transparence dans les industries extractives (ITIE) ainsi qu’au mécanisme d’alerte rapide.

M. Kakese a aussi  laissé entendre qu’en 2012, à travers le ministère des Mines, le gouvernement avait signé un arrêté ministériel portant sur la mise en œuvre du mécanisme régional de certification de la CIRGL en RDC, ajoutant qu’une année après, le pays lançait son certificat CIRGL afin de permettre la traçabilité des minerais du site d’extraction jusqu’au point d’exportation.

Il a relevé à ce sujet que la lenteur du processus de qualification et de validation des sites miniers sont  les principales difficultés qui entravent la mise en œuvre de ces outils de lutte à cause des faibles interactions entre la base de données nationales et régionales, précisant que la persistance de la fraude minière, surtout dans la partie orientale du pays, prive le pays de ses revenus.

Lutte contre la fraude minière

Le coordonnateur du MNC/CIRGL-RDC a  par ailleurs  fait savoir qu’une commission de lutte contre la fraude minière s’attèle activement sur terrain  pour endiguer ce fléau qui désarticule l’économie minière du pays. « La RDC est très avancée en ce qui concerne la formalisation du secteur minier artisanal », a-t-il dit, relevant que plusieurs activités ont été organisées en vue d’amener les coopératives à s’intégrer dans la politique nationale en lien avec l’acte uniforme de l’OHADA.

En ce qui concerne l’ITIE, au regard des rapports 2011, 2012, 2013, publiés et acceptés, la RDC a été déclarée pays conforme par le Conseil d’administration de cette institution internationale et se propose, en outre, de se doter d’un numéro vert dans le cadre du mécanisme d’alerte rapide, a encore rappelé M. Kakesse.

Des progrès accomplis dans divers programmes

 Pour  le coordonateur du MNC/CIRGL-RDC, la RDC a accompli des progrès notables dans la mise en œuvre des programmes sur la paix et sécurité, la démocratie et la bonne gouvernance, sur des questions humanitaires et sociales, de l’environnement, du développement économique et d’intégration régionale. Il a soutenu que la paix s’est installée dans la région des Grands-lacs depuis la création de la CIRGL, avec la mise en place de différents mécanismes par l’application des protocoles se rapportant notamment sur la non-agression et la défense mutuelle dans la région et sur la coopération judiciaire.

M. Kakesse s’est réjouit du fait que la CIRGL est restée un cadre par excellence de coopération et de résolution des conflits dans la région, avant de réaffirmer les objectifs assignés à la structure régionale qui œuvre pour le développement, la sécurité et la paix des pays membres.

Le coordonnateur national du MNC/CIRGL a demandé, en outre  au gouvernement d’affecter des ressources financières conséquentes à cette structure, afin de lui permettre de mener à bien ses activités d’information, de sensibilisation et de vulgarisation du Pacte, de ses protocoles et programmes. Le recours aux partenaires reste possible, a-t-il lancé, faisant allusion à la contribution du GIZ, par le biais de l’Union européenne, qui a financé les activités prioritaires au cours de l’exercice 2015.


ACP/MCN
458 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : C’est prouvé : vous ne pouvez pas avoir plus de 150 « vrais » amis sur Facebook
left
ARTICLE Précédent : Une Firme suisse compte s’impliquer dans la construction des parcs publics en RDC