mediacongo.net - Actualités - Congo-Brazzaville: le colonel Marcel Ntsourou est mort en détention 
Retour Afrique

Congo-Brazzaville: le colonel Marcel Ntsourou est mort en détention

Congo-Brazzaville: le colonel Marcel Ntsourou est mort en détention 2017-02-17
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/02-fevrier/13-19/colonel-tsourou-marcel-brazza.jpg -

Le colonel Marcel Ntsourou

Le colonel Marcel Ntsourou est décédé ce matin à la maison d'arrêt de Brazzaville. Il avait été condamné en 2014 à une peine de travaux forcés à perpétuité. 

L’ancien commandant en second du Conseil national de sécurité (CNS) n’aura donc survécu qu’un peu plus de deux ans à sa condamnation. Accusé de rébellion et d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État, Marcel Ntsourou avait été condamné en septembre 2014 aux travaux forcés à vie, après avoir été arrêté, le 16 décembre 2013, au terme de violents affrontements entre ses miliciens et l’armée, en plein centre de Brazzaville.

La cour criminelle l’avait reconnu coupable de « rébellion, détention illégale d’armes de guerre et de munitions, assassinat, coups et blessures volontaires et association de malfaiteurs ». Ce Téké des Plateaux, formé en Roumanie et en ex-URSS, fut pendant longtemps un fidèle du président Sassou Nguesso avant de basculer dans l’opposition radicale.Alors qu’il avait joué un rôle décisif dans le retour au pouvoir de Sassou en 1997, en commandant notamment le front de Pointe-Noire, il avait attendu plus de dix ans, en vain, d’être élevé au grade de général. Il vouait de ce fait une rancune tenace au président congolais.

Le déchu

Le colonel Ntsourou à la barre lors de son procès à Brazzaville, le 2 juillet 2014. (© AFP/Guy-Gervais Kitina)

Il était ensuite tombé en disgrâce avec sa mise en cause dans l’explosion du dépôt d’armes et de munitions de Mpila, quartier résidentiel de Brazzaville, qui avait fait près de 300 morts le 4 mars 2012. La veille, le 3 mars, il avait prononcé un discours à l’occasion de son anniversaire, en affirmant que, s’il n’était pas promu, c’était « parce qu’il [était] téké et que les Mbochis (l’ethnie du chef de l’État) [avaient] décidé d’étouffer » les cadres de sa communauté.

Avant le procès des événements du 16 décembre, Marcel Ntsourou, ancien directeur du renseignement militaire, avait déjà été jugé deux fois par la cour criminelle. En 2005, il avait été acquitté dans l’affaire dite des disparus du Beach et, en 2013, à l’issue du procès de l’explosion de Mpila, il était ressorti libre après un an et demi de détention préventive, mais avec une condamnation à cinq ans de travaux forcés avec sursis, laquelle avait ensuite été alourdie à cinq ans de prison ferme.

Mathieu Olivier
Jeune Afrique / MCN, via mediacongo.net
2098 suivent la conversation
3 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Anonyme - 18.02.2017 08:31

L'homme est un loup pour l'homme. Nous ne sommes pas tous né libre et égaux, les choses qui se passent en Afrique peuvent à elles seules contredire cette affirmation.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kabila ndoki - 18.02.2017 08:26

Mererci bapesa na mbwa, c'est pourquoi Kanyama celestin, Etumba Didieu, Tango Fort amisi et les autres boyebelaka car, kanambe ipolyte dit kabila joseph pe akowangana bino bientôt Cenco yo pe sala noki noki, parce dans peu des jours s'il y a pas application de votre accord, nous allons rapatrié le corps du Dr E.Tshisekedi et organisé les deuil à notre manière, dans ce cas les évêques aussi payeront de leur lâcheté vis à vis de Kabila et de la MP on regarde la montre svp

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage - 17.02.2017 17:54

Merci bapesaka na mbwa

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: le Burundais Egide Mwéméro bientôt devant la justice militaire?
left
ARTICLE Précédent : En Côte d’Ivoire, une querelle entre catholiques et francs-maçons
AUTOUR DU SUJET

Congo/Brazza : le gouvernement dément les rumeurs d'une éventuelle attaque de "Ninjas" sur...

Afrique .., Brazzaville, Congo

Congo-Brazzaville : l'opposant Mathias Dzon demande le report des élections

Afrique .., Brazzaville, Congo

Le Congo/Brazza en guerre contre le phénomène des ''bébés noirs''

Afrique .., Brazzaville, Congo

Crise dans le Pool : des leaders de la société civile prônent un dialogue inclusif

Afrique .., Brazzaville, Congo