mediacongo.net - Actualités - Kinshasa en voie de disparaitre de la carte 
Infos congo - Actualités Congo - sbt

10 secondes restantes    Passer la publicité

Retour Société

Kinshasa en voie de disparaitre de la carte

Kinshasa en voie de disparaitre de la carte 2017-02-15
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/02-fevrier/13-19/pluie_kinshasa_17_0006.jpg Kinshasa-

Le changement climatique est une évidence sur le plan mondial. En Afrique, plus particulièrement en RDC, ce phénomène est réel, en ce que, le mois de février de chaque saison est celui communément appelé « La petite saison ». Elle ne l’est plus. Ce mois crée la surprise et la pluie s’abat presque toutes les semaines. Avec elle, la population est sur le qui-vive, après celle qui a occasionné mort d’hommes et destruction importante de biens meubles et immeubles.

Curieusement, depuis, à Kinshasa, le mois de février est devenu menaçant pour les habitants environnant les rivières qui traversent la ville. Kinshasa connait ce dernier temps un autre phénomène atypique, celui des inondations après chaque pluie. Ce phénomène est consécutif à l’absence de curage de voiries d’assainissement qui surplombent la capitale congolaise. A chaque pluie, Kinshasa ressemble à une ville abandonnée,  dont l’absence de l’autorité compétente se fait remarquer.

Les cas les plus illustratifs sont ceux des avenues : Des Huileries, Kabambare, Shaba, Itaga, Bokassa, Gambela, Kasaï, Plateau, du Livre, de l’Université, Bongolo, 1ère Rue Limete, 7ème Rue Limete, 15ème Rue Limete…pour ne citer que celles-là. La dégradation de la chaussée dans la plupart des communes de la Ville province Kinshasa laisse transparaitre l’image d’une gestion calamiteuse au niveau de la province. N’eût été le programme du Gouvernement dénommé « Cinq Chantiers mué en Révolution de la modernité », Kinshasa aurait disparu avec son expansion démographique. Hélas ! La réalité que vit la population longée sur l’avenue Kabambare est ahurissante, en ce que le curage à son croisement avec l’avenue des Huileries semble se conjuguer au passé, sans prévoir le présent ni le futur de la survie de l’avenue précitée. Un flac d’eau, mieux un lac artificiel d’une odeur nauséabonde  au vu de toutes les autorités compétentes en ce domaine, sirotant dans les terrasses érigées aux abords de ce lac artificiel, impuissantes de résoudre la calamité qui se crée sur cette avenue.

Les images ci-haut, illustrent la dégradation avancée de la chaussée et la difficulté de la gestion des déchets dans la Ville de Kinshasa. Un environnement malsain pour la population kinoise condamnée à vivre la calamité ; à vivre au quotidien avec l’odeur nauséabonde des immondices.

Cette situation inquiète plus d’un, et la mobilité de véhicules devient un parcours de combattant sur les tronçons ci-haut cités.

La Rédaction du Journal L’Avenir se félicite de son rôle d’accompagner les Gouvernements de la République, tant central que provinciaux, en particulier celui de la ville Province de Kinshasa, lorsque les travaux d’assainissement, de réhabilitation s’exécutent en bonne et due forme. En outre, la même Rédaction s’inquiète lorsque la chaussée est dégradée en raison de la passivité des autorités compétentes. C’est dans cet ordre d’idée qu’elle lance un autre cri d’alarme aux mêmes autorités de jeter un regard si pas conforme à leurs prérogatives républicaines, en tout cas compatissant à la réhabilitation de la chaussée et à l’assainissement du milieu, au risque de voir Kinshasa disparaitre de la carte des capitales africaines qui font la  fierté de leurs pays respectifs.

En attendant, la population kinoise est impatiente de connaitre le bilan définitif de la dernière pluie qui a emporté autant des vies humaines. Kinshasa-la-belle est devenue Kinshasa la poubelle.

Il est aussi  évident que la population a une part de responsabilité dans ce qui survient à la ville de Kinshasa, sa dégradation éhontée, l’inondation funeste mais, la perte de la beauté et de l’identité de cette ville cosmopolite de près de 12 millions d’habitants.

Kinshasa mérite mieux que les dernières calamités qui s’abattent sur cette ville, à la dimension de certains pays africains.

Pius Romain Rolland
L'Avenir
62 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Kinshasa : l’état des routes de la capitale inquiète et énerve

Société 23.02.2017, Kinshasa

Marché de change : le taux s'applique à la tête du client

Société 22.02.2017, Kinshasa

La colère de Monsengwo : « l’église catholique est visée, de manière intentionnelle »

Société 20.02.2017, Kinshasa

Devant le siège de l’Assemblée provinciale de Kinshasa : immondices, pollution et fuite...

Société 20.02.2017, kin