mediacongo.net - Actualités - Stress, pollution, flore cutanée: comment protéger notre peau? 
Retour Style et Beauté

Stress, pollution, flore cutanée: comment protéger notre peau?

Stress, pollution, flore cutanée: comment protéger notre peau? 2017-02-10
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/02-fevrier/6-12/femme_gommage_17_0002.jpg -

Agressée par notre mode de vie urbain, notre peau se fait plus que jamais le miroir de nos tensions. Plus sensible, plus fragile, elle est le nouveau défi pour les laboratoires cosmétiques.

Il ne se passe pas une journée sans nouvelles alarmantes. Pollution, climat social et contexte politique mondial peu réjouissants... Face à cet environnement de plus en plus agressif, notre stress quotidien monte, altérant notre équilibre - psychique autant que physique - mais aussi la qualité de notre peau. Il est aujourd'hui admis que le vieillissement cutané est lié à 80 % à notre environnement au sens large. Notre état des lieux et toutes les solutions pour retrouver une peau saine et lumineuse. 

La faute au stress

On le savait, le stress influe directement sur le système immunitaireen provoquant la libération de neuromédiateurs par le cerveau. Ce qui est nouveau, c'est la découverte de l'action du stress sur la peau elle-même, qui entraîne des modifications de son équilibre. Différentes études ont montré qu'il perturbait l'hydratation ainsi que la quantité et la qualité du sébum. La peau peut devenir plus sèche ou plus grasse, selon les personnes. "D'autre part, le stress accélère le vieillissement. Il a été prouvé qu'il raccourcissait les télomères [morceaux d'ADN qui protègent l'extrémité des chromosomes]", souligne Laurent Misery, responsable du laboratoire de neurobiologie cutanée et chef du service de dermatologie du CHU de Brest. 

La solution : pour remettre la peau (et nous-mêmes) en mode zen, il est utile de compléter les actifs des crèmes spéciales peaux sensibles avec des techniques de massage. Et pas besoin de se confier aux mains d'un professionnel : l'automassage avec sa crème de nuit, par exemple, fonctionne très bien. Pratiqué une fois par jour, sur peau propre pendant trois minutes, il relaxe point par point les zones de tension liées au rythme de vie moderne (cou, nuque, front, tempes), et détend rapidement le visage et le haut du corps. La technique : effectuer des pincements légers entre le pouce et l'index en remontant le long du visage, alternés avec un lissage de la paume en entourant les pommettes. Lissez les zones les plus tendues (nuque jusqu'au cou, puis le long des oreilles) du bout des quatre doigts. En cas de besoin, la célèbre masseuse Chico Shigeta vient de mettre au point pour Decléor un rituel d'automassage en 5 étapes dont la pratique est enseignée lors d'ateliers After Work dans la nouvelle boutique institut du Marais (16, rue du Temple, Paris IVe). 

Gua Sha, Cha Ling, 25 euros.

Courtesy of Cha Ling

Notre sélection : Avec ses formes organiques épousant celles du visage, ce petit outil de massage est issu de la médecine traditionnelle chinoise pour drainer et détoxifier. 

Sérum Vinactiv, Caudalie, 35,50 euros. Disponible en mars 2017.

Courtesy of Caudalie

Blue Sérum, Chanel, 95 euros.

Courtesy of Chanel

A glisser au quotidien sous sa crème de jour pour maintenir et renforcer sa peau : un booster de défenses naturelles, et une assurance pleine forme. 

La pollution et ses méfaits

"L'organisme, peau comprise, est fragilisé par l'air pollué que l'on respire", constate Edouard Mauvais-Jarvis, directeur de la communication scientifique et environnement Dior. A la clef, une baisse de l'oxygénation, du renouvellement cellulaire et une cascade de radicaux libres qui s'accompagnent de phénomènes d'inflammation chronique. A la longue, ce phénomène accélère le vieillissement. Et même si la peau est bien faite et que la barrière cutanée empêche heureusement les polluants de pénétrer, il est important d'adopter une hygiène de vie précise. 

La solution : "On commence par bien se démaquiller le soir pour retirer les particules accumulées sur l'épiderme", conseille Anne Clément, directrice scientifique Dr Pierre Ricaud. Ensuite, on renforce nos défenses cutanées naturelles en adoptant des soins blindés de vitamines et de polyphénols, des molécules qui neutralisent l'oxydation et l'inflammation interne provoquées par les agressions. "En complément, on se protège des UV avec des crèmes contenant des filtres et/ou des écrans solaires. On évite ainsi pas mal de dommages. D'ailleurs, nettement plus raisonnables que leurs aînées face au soleil, les femmes, aujourd'hui, ont bien moins de rides profondes qu'avant", assure Edouard Mauvais-Jarvis. Un avis partagé par Anne Clément, qui raconte avoir de plus en plus de mal à trouver des femmes vraiment ridées pour participer aux tests cliniques des soins anti-âge! 

Eau micellaire ultra Peaux réactives, La Roche Posay, 12 euros.

Courtesy of La Roche Posay

Notre sélection : A base d'eau thermale et de glycérine, sans parfum, elle démaquille parfaitement en douceur. 

City Veil SPF 30, My Blend, 55 euros.

Courtesy of My Blend

Aux extraits de thé blanc et d'épi d'or, cette crème enveloppe l'épiderme d'un écran minéral et d'un wagon d'anti-oxydants. 

Phyto-Blanc SPF 50, Sisley, 225 euros.

Courtesy of Sisley

Vitamine C, extraits de graine de sarrasin, provitamine B5 et écran 100 % minéral pour protéger des UV et de la pollution et atténuer les taches. 

La question de la sensibilité

71 % des Françaises déclarent avoir la peau sensible (source Ipsos Beauty track 2012). Ce chiffre très important doit toutefois être pondéré. "On projette sur sa peau la fragilité que l'on ressent au fond de soi, constate Edouard Mauvais-Jarvis. Aujourd'hui, on nous fait douter de tout. De plus en plus de gens sont attirés par des soins pour peau sensible ou des produits qui semblent safe car cela les rassure." Un soin apaisant, c'est un peu le doudou réconfortant face aux éléments qui nous agressent. Si la sensibilité est affaire de perception, il existe bel et bien une pathologie de la peau sensible, dont seulement 15 % de la population souffrirait. "Des études par IRM ont montré que lorsqu'on met un actif irritant sur la joue ou l'avant-bras, davantage de zones s'activent dans le cerveau des sujets qui en souffrent", indique Cyrille Telinge, fondateur de Novexpert. Cette sur-efficacité des liaisons peau-cerveau provoque la libération massive de médiateurs de l'inflammation. La peau sensible réagit au quart de tour à la moindre stimulation, elle rougit, tiraille, picote, brûle. Des symptômes que tout le monde peut ressentir à un moment ou à un autre de sa vie. 

La solution : faire confiance aux soins apaisants qui ont fait leurs preuves. En neutralisant les médiateurs inflammatoires, ils favorisent le retour au calme. 

Life Plankton Sensitive Emulsion, Biotherm, 45 euros.

Courtesy of Biotherm

Notre sélection : Pour se préserver des agressions hivernales. 

Masque apaisant ultra-réconfortant, Ren, 32,50 euros.

Couretsy of Ren

Pour une pause bien-être appréciable. 

La surveillance de la flore cutanée

La piste qui bouleverse aujourd'hui la recherche en dermatologie et en biologie, c'est celle de la flore cutanée. "On vient en effet de découvrir comme une quatrième couche à la peau. C'est elle la véritable interface avec l'extérieur", s'enthousiasme Edouard Mauvais-Jarvis. Cela ouvre de nouvelles voies d'action en matière de maintien de l'équilibre cutané. Même si, en l'état actuel des recherches, on sait encore peu de choses sur les interactions entre cette flore et les agressions. "Nous ne disposons pas encore de données indiquant que le microbiome cutané se modifie sous l'effet du stress. En revanche, on sait que la composition du microbiome intestinal y est, lui, sensible. On peut donc imaginer qu'il se passe la même chose pour la peau, via les neuromédiateurs", estime Laurent Misery. 

La solution : depuis quelques années déjà les labos cosmétiques intègrent des bonnes bactéries "désactivées" (qu'on appelle les probiotiques) dans leurs soins pour renforcer la flore naturelle. Mais l'idée est aujourd'hui d'aller plus loin, en ciblant les gènes de cette flore cutanée pour moduler plus précisément son fonctionnement et, ainsi, celui de l'épiderme. C'est la démarche de quelques marques pionnières, dont Dior et sa nouvelle gamme de soin Life. Une nouvelle approche, qui n'en est encore qu'aux balbutiements, mais qui promet de faire parler d'elle.  

Crème Hydratation Fraîcheur Life, Dior, 61 euros.


L'express
600 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Les cosmétiques pour bébés nocifs pour leur santé
left
ARTICLE Précédent : Coiffure féminine à Kinshasa : la tresse de mèches au centre des préoccupations en saison sèche
AUTOUR DU SUJET

La pauvreté a-t-elle une incidence sur le développement du cerveau?

Afrique ..,