mediacongo.net - Actualités - Addiction, concentration, performances… ce que l’on sait (ou pas) des effets du smartphone

Retour Santé

Addiction, concentration, performances… ce que l’on sait (ou pas) des effets du smartphone

Addiction, concentration, performances… ce que l’on sait (ou pas) des effets du smartphone 2017-01-12
MC Geek !
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/01-janvier/9-15/smartphone_17_0001.jpg -

La recherche est encore balbutiante sur les effets de l’hyperconnexion aux smartphones, un phénomène récent à l’échelle de l’histoire de l’humanité.

Il y a dix ans, le 9 janvier 2007, le patron d’Apple, Steve Jobs, présentait le premier iPhone. Depuis, le « téléphone intelligent » s’est imposé dans notre quotidien, dans nos poches, nos mains. On l’éteint rarement, on ne le quitte plus… Aurait-il refaçonné notre façon de penser ? Que disent les neurosciences des effets de cette hyperconnexion sur notre cerveau ?

Dans le flot des études et publications parfois contradictoires qui dressent soit une inquiétante liste des dégâts, soit une ode très optimiste aux facultés d’adaptation de l’être humain, difficile de s’y retrouver. La recherche est encore balbutiante sur les effets d’un phénomène encore récent à l’échelle de l’histoire de l’humanité.

Peut-on devenir dépendant à son smartphone ?

La plupart d’entre nous ont le sentiment de maîtriser entièrement son rapport à son smartphone. Dans un sondage BVA Orange-Psychologies (1 000 personnes interrogées en ligne en juin 2016), 58 % des personnes questionnées déclaraient avoir en permanence leur smartphone avec elles et 36 % d’avoir le sentiment d’en « être dépendant ». On le consulte jusqu’à plus de 200 fois par jour et le plus souvent dès le réveil ; il est devenu pour beaucoup une extension de nous-même, un couteau suisse sans lequel on est perdu.

« Le smartphone agit comme un doudou virtuel, estime Laurent Karila, addictologue, porte-parole de l’association SOS Addiction. A tel point que quand on en est coupé, on peut éprouver de l’angoisse, un sentiment d’abandon. » « Une sensation de manque comparable à celle éprouvée par les drogués », juge le médecin. La nomophobie, ou peur de se séparer de son téléphone portable, est devenue pour certains une affection bien réelle ; de véritables centres de désintoxication ont même ouvert en Chine ou au Japon.

Pour la communauté scientifique internationale, l’addiction au smartphone n’est pourtant pas reconnue comme telle. A ce jour, seule la dépendance aux jeux d’argent est inscrite dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, manuel de référence de la psychiatrie mondiale. Les psychiatres préfèrent parler de pratiques excessives.

Le sociologue Francis Jauréguiberry, qui enquête depuis des années sur notre rapport au portable, explique ces pratiques irrépressibles par la peur de rater quelque chose, ou « Fear of missing out » (FOMO) : « Ce à quoi il est difficile de renoncer est exactement la même chose que ce qui pousse à interroger de façon frénétique sa messagerie ou ses réseaux sociaux. Il y a comme une attente diffuse mais constante de se laisser surprendre par de l’inédit et de l’imprévu, par un appel ou un SMS qui va changer le cours de sa journée ou de sa soirée en la densifiant ou en la diversifiant, et en rendant, finalement, sa vie plus intéressante et plus intense. »

Le téléphone portable rend-il plus performant ?

Comment avons-nous pu laisser notre smartphone s’immiscer à ce point dans notre intimité ? Parce qu’il rend un nombre incommensurable de services, tous plus utiles les uns que les autres. Toujours selon le sondage BVA-Psychologies, plus de neuf répondants sur dix affirment que le numérique permet un accès plus facile à l’information, les deux tiers déclarent ne plus avoir le temps de s’ennuyer avec le numérique, 60 % justifient que le numérique leur permet de faire plusieurs choses en même temps.

Gérer des problèmes personnels au bureau et répondre à une question urgente tout en surveillant ses enfants au square… tout devient plus facile. Au point que cette liberté est parfois devenue un poids pour certains cadres sollicités en permanence en dehors des heures de travail, le week-end, en vacances. Mais pour beaucoup, l’impression de performance accrue vaut toutes les servitudes volontaires.

Sommes-nous pour autant réellement plus performants grâce aux smartphones ? Notre cerveau est-il capable de réaliser plusieurs tâches à la fois ?

Pas vraiment. Rédiger un courriel et téléphoner en même temps ? « Au moment où vous allez écrire un bout de l’e-mail, vous allez rater ce que l’interlocuteur vous dit au téléphone. Le cerveau va alors saturer et l’une des activités va forcément en pâtir », souligne la neuroscientifique Aurélie Bidet Caullet, dans le documentaire « Hyperconnexion, le cerveau en surcharge », diffusé sur Arte : les deux actions qui font appel au même réseau cérébral entrent en conflit.

Ce que nous prenons pour du traitement parallèle est en fait pour notre cerveau du traitement sériel, il saute d’une tâche à une autre plutôt que de se partager entre elles. Le médecin militaire Stéphane Buffat, qui étudie les performances des pilotes de l’armée au cours des vols, compare notre cerveau engagé dans une tâche à une boule lancée dans un jeu de quille. Il décrit sa réaction en situation de multitâches :

« Si on interrompt la tâche en cours, il faut se préparer à la nouvelle action, cela demande un délai. Des éléments de la tâche précédente vont agir comme des distracteurs dans la réalisation de la suivante, on va être moins bon, moins efficace. Si on change constamment de tâche, on peut ne rien faire de bien, à l’extrême limite on peut ne plus réaliser vraiment aucune tâche, la capacité du cerveau utile consacrée à faire toutes ces tâches diminue. »

Sans compter la fatigue induite par ces interruptions.

La multiplication des écrans amoindrit-elle notre capacité de concentration ?

Difficile de se concentrer sur une tâche sur écran quand d’innombrables sources de distractions, informations, courriels, jeux sont à portée de clic. En 2011, l’auteur américain Nicholas Carr s’interrogeait même : « Google nous rend-il bêtes ? », s’alarmant de sa difficulté de plus en plus grande à se concentrer sur des textes longs, pointant la difficulté de la lecture sur écran constamment distraite par de nouveaux liens ou publicités.

Thierry Baccino, professeur de psychologie cognitive et auteur de La Lecture électronique (Presses universitaires de Grenoble), directeur scientifique du Laboratoire Lutin, qui traque le regard des lecteurs grâce à des lunettes spéciales prend l’exemple du scrolling (l’action de faire défiler un texte sur son écran, qui va à l’encontre selon lui de la mémorisation d’un texte) : « Un même mot peut se retrouver en bas ou en haut de l’écran et cette mobilité entraîne une détérioration de notre mémoire spatiale, qui sert notamment à revenir rapidement sur les mots importants du texte, car ils sont nécessaires à la compréhension. »

« L’idée que les étudiants ne possèdent plus la capacité de concentration suffisante pour lire des livres sérieux s’est généralisée dans les universités américaines, de nombreux universitaires remplaçant les livres par des polycopiés de passages clés, ou par du matériel visuel plus stimulant », s’inquiète le sociologue Frank Furedi dans un article repris dans la revue Books cet automne. Or ses recherches sur l’histoire de la lecture montrent que notre capacité à gérer et traiter le contenu d’un texte écrit nous préoccupe depuis l’invention même de la lecture.

Peut-on imaginer que notre cerveau va s’adapter à ce nouveau régime de « distraction permanente », ce « bombardement » incessant d’informations et sollicitations et qu’il développera de nouvelles habiletés ? Qu’il apprendra à sélectionner plus rapidement ce qui lui est utile, à passer plus vite d’une tâche à une autre, à faire des choix ? La question de la plasticité ou non de notre cerveau et de son adaptabilité n’est pas tranchée.

Peut-on faire face à la surcharge d’informations et de sollicitations ?

« Le problème n’est pas tant la surdose d’information que l’impression de perdre le contrôle. Pourquoi donc ne pas se concentrer sur les moyens de créer une impression de contrôle », suggérait un article du site Internetactu réagissant au lancement par Google d’une fonction « Inbox Pause » destinée à nous aider à faire face au flux incessant des e-mails.

Comment reprendre le contrôle, comment apprivoiser notre rapport aux écrans ? La solution passe par une « éducation à l’attention », estime le neuroscientifique Jean-Philippe Lachaux, auteur du Cerveau attentif (2013) et du Cerveau funambule (2015) chez Odile Jacob.

Notre cerveau, explique-t-il, ne cesse de passer de manière souvent anarchique et inefficace entre des objectifs conscients et planifiés, le plus souvent à moyen ou long terme, et objectifs de courts termes, par exemple la gratification immédiate : « Un mode de fonctionnement multitâches instable, inefficace et finalement épuisant. » La solution, pour le neuroscientifique, consiste à développer une forme de « sens de l’équilibre attentionnel », c’est-à-dire apprendre à prévenir les dérives de son attention en les compensant « par petites touches », tel un « funambule sur son fil ».

Céline Mordant
Le Monde / MCN
927 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Crise cardiaque : habiter à un étage élevé diminue le taux de survie
AUTOUR DU SUJET

Apple lance trois nouveaux iPhone, dont un modèle anniversaire disponible début novembre

MC Geek ! ..,

Huawei passe devant Apple sur le marché des smartphones

MC Geek ! ..,

Comment Sarahah est devenue l'une des applis les plus téléchargées sur iPhone

Sur le net ..,

10 fonctions cachées de l'iPhone

MC Geek ! ..,