mediacongo.net - Actualités - Libéralisation des assurances : la RDC est-elle vraiment préparée ? 
Retour Economie

Libéralisation des assurances : la RDC est-elle vraiment préparée ?

Libéralisation des assurances : la RDC est-elle vraiment préparée ? 2017-01-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/01-janvier/9-15/sonas_batiment_17_0001.jpg -

Siège de la Sonas à Kinshasa. (© mediacongo.net)

Le climat politique tendu continue à ralentir l’application effective de la loi portant Code des assurances entrée en vigueur au courant de l’année 2016. Beaucoup d’experts craignent un mauvais départ du marché des assurances en RDC, mettant ainsi en péril un processus entamé depuis 2005 mais qui peine à porter des fruits.

Pour le secteur privé, la RDC doit maintenir le cap de l’ouverture des assurances à la concurrence au risque d’exposer l’économie nationale. Le monopole exercé durant des décennies par la Société nationale d’assurance a entraîné des effets néfastes dont le faible taux de couverture des risques, la fuite des capitaux et les difficultés d’accès à certains types de financement par manque d’assurance appropriée. D’où la nécessité de continuer avec la réforme pour créer les conditions d’un bon départ. Pour le secteur privé, il faut consolider cette réforme pour sécuriser les investisseurs, les sous-traitants et les banquiers.

Du côté de l’Agence nationale de promotion des investissements (Anapi), l’on insiste sur le fait que les secteurs de la banque, des assurances et des institutions de micro-finance profitent actuellement d’une loi bancaire très libérale, conforme aux standards internationaux. « C’est un cadre idéal pour accueillir des banques d’affaires, des sociétés de leasing, des nouvelles sociétés d’assurances et de réassurances », indique l'Anapi.

L’abrogation du monopole et l’entrée sur le marché des assurances va marquer un réel bouleversement dans la vie économique nationale. Le diagnostic général présente la Sonas comme une société moribonde : perte de confiance des clients et des réassureurs, précarité de sa situation financière, pléthore du personnel et mauvaise qualité des services. Pour ailleurs, les analystes restent très critiques sur la situation à l’échelle de la région.

En effet, l’on estime que la part mondiale des primes d’assurance vie et non-vie collectées dans les 54 pays d’Afrique représente à peine 2 %, alors que la région abrite 16 % de la population mondiale. Parmi les freins au développement du marché des assurances en Afrique subsaharienne (hormis l’Afrique du Sud, le Ghana, le Kenya et le Nigéria), il y a les raisons économiques au regard de l’extrême pauvreté qui règne en Afrique. Les produits s’adaptent très souvent difficilement aux réalités économiques de la région.

Laurent Essolomwa
Agence Ecofin / MCN
798 suivent la conversation
3 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Anonyme - 12.01.2017 15:38

je ne suis pas d'accord de la façon dont la SONAS est entrain de gérer ce marché donc je suis pro libéralisation du secteur et un ancier assureur mais au regard de ce qui est entrain de se passer le secteur bancaire où la population est entrain d'être pillée chaque jour par des banques et IMF sous l'impuissance du gouvernement actuel, je me pose la question est ce que liberaliser ce secteur sous ce régime des voleurs(escrocs) ne veut dire pas que la stratégie de vol dans le secteur bancaire et IMF est maintenant connue il faut créer une autre dans le secteur des assurance où on va voler les populations à partir des privés de mauvais cœur comme si le vol par le...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Albert Ilunga - 12.01.2017 13:54

Qu'est-ce qui bloque? c'est une bonne opportunité pour la création d'emplois dans notre pays. Alors le Gouvernement de transition doit s'y atteler.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Strakunta - 12.01.2017 12:23

Ce dossier traîne parce que chaque politicien surtout la présidence avec Kabila en tête veut des pots de vin sur les entreprises qui vont se lancer sur ce marché. Alors que la population attend impatiemment sa mise en place pour en bénéficier par exemple sur la mutuelle assurance, assurance automobile, assurance vie mais également création des emplois surtout pour nous les jeunes. Mais les politiciens continuent leurs manœuvres. Bozela, bientot tokokoma lokala ba arabe et vous verrez ce que le peuple est capable de faire.

Non 3
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Le Chef de l’Etat Joseph Kabila préside la réunion de l’équipe économique du gouvernement
AUTOUR DU SUJET

Assurances : la Sonas et Gallagher signent un nouveau protocole d'accord

Economie .., Kinshasa

Les enjeux du développement de l'assurance en Afrique

Economie ..,

L’américain XL Catlin lance une unité de réassurance dédiée à l’Afrique

Economie ..,

Zimbabwe : médecins menacent de ne plus recevoir les patients qui bénéficient d'une...

Afrique .., Harare, Zimbabwe