mediacongo.net - Actualités - Accord de la Saint-Sylvestre : l'équation Primature 
Retour Politique

Accord de la Saint-Sylvestre : l'équation Primature

Accord de la Saint-Sylvestre : l'équation Primature 2017-01-09
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/01-janvier/9-15/cenco_badibanga.jpg -

Rencontre entre le Premier ministre, Samy Badibanga, et les Evêques de la Cenco au sujet de l'accord de la St-Sylvestre, le 6 janvier 2017. (@ S. Rolley, Twitter)

S'il est une question qui ajoute à la complexité de la situation en République démocratique du Congo, au moment même où ce pays doit entrer dans une période de transition, elle porte sur l'agencement des institutions préconisées dans ce cadre exceptionnel. La plus en vue d'entre elles, peut-être, la plus disputée après tous les arbitrages liés aux postes à occuper, est évidemment la Primature détenue actuellement par Samy Badibanga.

A priori, le président de la République, Joseph Kabila, dont le second mandat à la tête de son pays a pris fin, constitutionnellement, le 19 décembre dernier, est épargné par cette controverse. A la suite des accords conclus, le 31 décembre, avec la bénédiction des évêques de Kinshasa, entre le pouvoir et l'aile radicale de l'opposition de RDC incarnée par le Rassemblement d'Etienne Tshisekedi, le chef de l'Etat poursuivra sa mission jusqu'à l'élection de son futur successeur à la fin de cette année.

Dans les faits, cet aboutissement est proche de celui que proposait le premier arrangement politique trouvé le 18 octobre, par les parties réunies sous l'égide du médiateur, Edem Kodjo, à la cité de l'Union africaine. A la seule différence que l'accord de la Cité de l'Union africaine fixait la fin de la transition en avril 2018. Une préconisation rejetée par le Rassemblement qui a pu obtenir gain de cause dans le second accord.

Maintenant que les échéances sont avancées de quatre mois, les institutions de transition devront s'assurer de réunir toutes les conditions financières et matérielles afin que les élections soient organisées dans les délais. Encore faudrait-il qu'elles s'installent et commencent à travailler. Ce qui ne semble pas le cas jusqu'à présent au regard du conflit qu'engendre l'attribution du poste de la Primature. Nommé par Joseph Kabila, le 17 novembre, Samy Badibanga que l'on dit pragmatique avait ensuite présenté la politique générale de son cabinet et reçu l'appui des députés.

A peine le nouveau Premier ministre devait-il commencer le travail qu'est survenu le compromis du 31 décembre qui ne pourrait produire ses effets sans défaire les arrangements précédents. Devant les revendications du Rassemblement de l'opposition qui veut et la primature et la présidence du conseil national de transition, futur parlement d'exception de cette période politique, le scénario en vue semble celui de la remise à plat de toutes les attributions ministérielles en place.

Pour Samy Badibanga et la septantaine de ses ministres, l'inconfort ne tient pas nécessairement à la perte probable, pour certains d'entre eux, de leurs strapontins. Il tient à la frustration du temps mis à la fonction, à la façon dont des hommes et des femmes, sans doute pleins de volonté, vont devoir être remerciés avant avoir exercé. Ils ont exprimé leur désapprobation de la démarche de les évincer aux évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo venus les rencontrer le 6 janvier à Kinshasa.

Et comme la politique sait parfois se jouer d'elle-même, on voit s'amonceler des nuages dans le ciel de Rd-Congo. Ce ciel qui semblait dégagé, le 31 décembre, lorsque les négociateurs religieux empruntaient à la cuisine interne de la désignation du pape à Rome, l'expression de « fumée blanche » pour annoncer la bonne nouvelle de la Saint-Sylvestre.

Une nouvelle surenchère est née, qui voit chacun des acteurs tirer la couverture à soi, en s'appuyant quand cela l'arrange sur trois actes juridiques qui paraissent tous faire foi : la Constitution, l'accord du 18 octobre, et celui du 31 décembre 2016. Beaucoup trop pour ne pas entretenir le flou et retarder la sortie de crise.

Gankama N'Siah
Adiac-Congo / MCN, via mediacongo
5821 suivent la conversation
13 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
SUMAHILI - 09.01.2017 17:33

Demande à Madame Eve d'arrêter avec les chantages, elle se moque de qui avec des déclarations irresponsables. Elle n'a aucun poids politique si elle veut qu'elle invite la population à une ville morte. Si ça sera observée.

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage - 09.01.2017 15:37

Kabila est seul responsable de ce flou qu'il a lui-même créé et qu'il entretient à bon escient. Pourquoi s'était-il précipité à nommer Badibanga alors que se profilait déjà un nouveau round de négociations? Il aurait dû attendre et l'on en serait pas là aujourd'hui!

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mpondianga - 09.01.2017 13:43

Gankama N'Siah Adiac-Congo / MCN, via mediacongo; je voudrai préciser ici que les pour parlers de 18 octobre est différents de l'accord inter congolais du 31 décembre 2016. Que Badibanga aille demander à Kabila c'est qui l'avait pousser à demander à la CENCO de rapprocher les deux camps. Sinon il va essuyer une humiliation dont il ne peut imaginer la teneur à la place de ceux qui y ont échappés

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Muyomba - 09.01.2017 13:28

Si Samy avait été choisi par son appartenance à l'udps, je pense que maintenant que le choix est revenu a l'udps de choisir un autre candidat, je pense que si les différents groupes sont honnêtes et sincères,il revient à tous les autres de laisser l'udps faire un autre choix et que les autres arrêtent de s'impliquer, le contexte actuel est extra assemblée nationale et sénat qui ayant épuisés leut mandat , ne devait s'attendre qu'à ses accords pour leur survie,et alors que c'est chose faite,ils doivent s'estimer honnorer et qu'ils laissent alors tout se derouler sans crocs en jambes comme les accords le stipulent, je sais qu'il ya des mains noires cachées mais sachez que...

Non 0
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
DANIELAnonyme - 09.01.2017 12:28

Si SAMY était membre de l'UDPS il serait membre du rassemblement et démissionnerait car il sera remplacé toujours par un membre du rassemblement. Mais lui meme est entrain de démontrer au peuple qu'il n'était plus membre de l'UDPS et qu'il est de la famille de la majorité au service de Kabila.

Non 1
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
muana congo - 09.01.2017 10:01

SI SAMY ÉTAIT SINCÈRE ET RECONNAISSANT IL COMPRENDRAIT QU'IL EST LA OU IL EST GRÂCE A L'UDPS ET SON PRESIDENT, IL NE DEVRAIT PAS S'OPPOSER A SON PÈRE SPIRITUEL ET A L'ACCORD DE LA CENCO AUQUEL LE PEUPLE CONGOLAIS ET LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE ONT UNANIMEMENT ADHÉRÉ.

Non 2
Oui 15
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 09.01.2017 09:52

Nous devons aller aux élections. Les politiciens de tout bord doivent nous éviter une distraction supplémentaire. C'est au peuple que revient le dernier et sanctionner ceux doivent l'être, en premier lieu la MP et JKK. Tous les politiciens cherchent du travail au lieu de créer des emplois plus le peuple. Yebela...transition esilaka...

Non 1
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mbecil No Nyama - 09.01.2017 09:47

Samy Badibanga n'est qu'une marionnette dont Kanambé tire les ficèles. Qui est-il pour refuser de démissionner et ainsi bloquer toute une nation si ce n'est sous la bénédiction de celui qui veut retarder son départ de quelques mois? Quand il s'est agi de la mise en application de l'accord de l'UA, Kanambé n'avait-il pas demander à Matata de dégager? Si dans une semaine, Kanambé ne rappelle son collabo à l'ordre, tic tac, l'article 64 est enclenché. Bokosakana na peuple boye tse! Kuonesha nini?

Non 0
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kabila Kabange Fils de Kanambe - 09.01.2017 09:39

Que des vautours dans la politique en RDC ! En lisant ce texte, on a la nette impression qu'il y a lieu d'accorder du crédit à Samy et ses collabos ! Alors qu'il n'en est rien... Pour cause, le gouvernement Samy est issu de l'accord du 18 octobre. Etant donné, unanimement, qu'on ne devrait plus parler que de l'accord de la Saint Sylvestre, Samy ne peut plus avoir désormais que ses yeux pour pleurer ! A bon entendeur, salut !

Non 0
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kabila Kabange Fils de Kanambe - 09.01.2017 09:26

Que des vautours dans la politique en RDC ! En lisant ce texte, on la nette impression qu'il y a lieu d'accord du crédit à Samy et ses collabos ! Alors qu'il n'en est rien... Pour cause, le gouvernement Samy est issu de l'accord du 18 octobre. Etant donné, unanimement, qu'on ne devrait plus parler que de l'accord de la Saint Sylvestre, Samy ne peut plus avoir désormais que ses yeux pour pleurer ! A bon entendeur, salut !

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mpondianga - 09.01.2017 09:23

Gankama N'Siah Adiac-Congo / MCN, via mediacongo; je voudrai préciser ici que les pour parlers de 18 octobre est différents de l'accord inter congolais du 31 décembre 2016. Que Badibanga aille demander à Kabila c'est qui l'avait pousser à demander à la CENCO de rapprocher les deux camps. Sinon il va essuyer une humiliation dont il ne peut imaginer la teneur à la place de ceux qui y ont échappés

Non 0
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 09.01.2017 09:17

PAPA Samy qu'es-ce que tu vas gagner en t’accrochant au pouvoir papa? Tu as déjà servi le pays en qualité de député ,et pour l'amour des congolais qui souffrent de la mauvaise gestion de ses dirigeants (lundi 09.01.2017, on chasse déjà les enfants à l'école) prière laisser la place à un autre qui a l'adhésion du peuple pour conduire cette transition d'une année. D'ailleurs, tu l'as dit devant KIMBUTA que tu voulais le soutien de Kinois que tu n'as pas.

Non 0
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 09.01.2017 08:21

Etrange ! Très étrange ! Quand Tshisekedi Etienne parlait du dialogue, la Dynamique, le G7 et le MLC ne voulaient rien entendre et vilipendaient le vieux sage qui avait pourtant la vision et la maitrise complètes de la situation politique du pays. Qu'est-ce qui n'a pas été dit sur les rencontres d'Ibiza ou encore de Genval? Etonnant que, sans vergogne, les mêmes qui n'ont rejoint la vision du vieux qu'après Genval, se lèvent aujourd'hui pour lui disputer l'application de sa vision! Etrange! Très étrange! Un patriote

Non 4
Oui 21
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Didier Reynders préconise des contacts entre la CENCO et le Président de la République

Politique .., Bruxelles

Vers l'amendement de l'Accord de la Saint Sylvestre

Politique .., Kinshasa

Accord de la Saint Sylvestre : le Rassemblement accusé de bloquer l'évolution des travaux

Politique .., Kinshasa

Cenco : une plénière de tous les délégués ce jeudi

Politique ..,