mediacongo.net - Actualités - Vente des produits de consommation courante : des commerçants flouent l’Etat 
Retour Economie

Vente des produits de consommation courante : des commerçants flouent l’Etat

Vente des produits de consommation courante : des commerçants flouent l’Etat 2017-01-06
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/01-janvier/1_8/produits_alimentaires_16_0001.JPG Kinshasa-

Alors qu’ils ont bénéficié des exonérations de la part du gouvernement, des commerçants ont refusé de baisser les prix des produits de consommation courante à hauteur de 18 % comme convenu.

A la place, certains ont préféré majorer les prix, foulant aux pieds les instructions du gouvernement.

Au Syndicat national des vendeurs du Congo (SNVC), l’on dénonce le manque de franchise de la part des hommes d’affaires membres de la Fédération des entreprises du Congo (Fec). Pour Guylain Lokofo, président du SNVC, il faut que l’Etat diligente une enquête sérieuse pour identifier les coupables et établir les responsabilités à différents niveaux.

Joint par MCNTeam, Guylain Lokofo dit ne pas comprendre le non respect de la convention signée entre le gouvernement et le monde des affaires. « Les commerçant ont revu les prix à la hausse, contrairement à la baisse de 18 % annoncée par le gouvernement, pour permettre aux congolais de mieux passer les festivités de fin d’année. Chose grave, aucune équipe du gouvernement n’était sur le terrain pour s’assurer de l’effectivité de la mesure », a déclaré Guylain Lokofo.

Une autre réalité

Dans un communiqué rendu public le mardi 27 décembre dernier, le ministère de l’Economie a annoncé la baisse de prix des biens de première nécessité sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo.

Ces mesures « urgentes » ont été prises dans le cadre de préparation des festivités de fin d’année. Selon le ministre de l’Economie, Bahati Lukwebo, ces décisions ont été prises, en vue d’assurer un approvisionnement régulier en produits de première nécessité. Les produits concernés sont le riz, le poulet, le chinchard ainsi que la viande importée.

Selon le communiqué du ministère de l’Economie, un sac de riz de marque « Lion Thaïlandais » qui coutait 22,42 USD en novembre, devait couter 19 USD au mois de décembre. Un carton de poissons chinchard 18+ (30 kgs) qui coutait 48 USD en novembre, devait revenir à 43,34 USD. Un carton de poulet « Calisa » Poids 12 qui coutait 38,18 USD était ainsi revu à 30,78 USD.

Selon Modeste Bahati Lukwebo, ces prix ont ainsi été fixés pour éviter d’une part, la spéculation de prix de ces produits de consommation courante. Et d’autre part, pour « soulager tant soit peu la misère du peuple dont le pouvoir d’achat est très faible ».

Il a ainsi été demandé à tous les gouverneurs de provinces de prendre toutes les dispositions qui s’imposent, en vue de faire respecter les prix tels que fixés.

Ces mesures « urgentes » qui visaient la baisse des prix de ces produits sur le marché, ont été prises après concertation entre le Comité de pilotage chargé de suivi et quelques corporations socioprofessionnelles.

Les membres du comité de pilotage ont été sélectionnés au sein de certaines entreprises et associations telles que la Fédération des entreprises du Congo (FEC), la Fédération Nationale des Petites et Moyennes Entreprises du Congo (FENAPEC), la Confédération des petites et moyennes entreprises du Congo (COPEMECO), la Direction Générale de Douanes et Accises (DGDA), la Direction générale des impôts (DGI), la Direction générale des recettes administratives, judiciaires domaniales et de participation (DGRAD), la Banque centrale du Congo (BCC) et l’Office congolais de contrôle (OCC).


MCN TEAM / mediacongo.net
754 suivent la conversation
4 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Anonyme - 06.01.2017 19:04

Si l'état a fait 18% de rémission des taxes alors que les commerçants n'ont pas appliqué la baisse demandée, sûrement l'état n'aura qu'à revenir sur ses 18% de rémission, quitte à se racheter autrement auprès des consommateurs.

Non 1
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 06.01.2017 18:35

Ça c'est la spécialité de ce régime. Ils prennent toujours des décisions tambour battant, mais ne se soucient guère de leurs éxecution. Cela démontre une manque criante de l'autorité de l'état, et l'absence d'un leadership au sommet. Si vous ne savez pas faire respecter les décisions que vous prenez, alors declarez-vous incompétent et démissionné! C'est aussi simple que ça.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 06.01.2017 18:31

Ça c'est la spécialité de ce régime. Ils prennent toujours des décisions tambour battant, mais ne se soucient guère de leurs éxecution. Cela démontre une manque criante de l'autorité de l'état, et l'absence d'un leadership au sommet. Si vous ne savez pas faire respecter les décisions que vous prenez, alors declarez-vous incompétent et démissionné! C'est aussi simple que ça.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jamel - 06.01.2017 16:25

Le Ministre de l'économie doit démissionner par honneur. Lorsqu'on son plan de réduction des prix échouent, il faut en tirer les conséquences.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Le Chef de l’Etat Joseph Kabila préside la réunion de l’équipe économique du gouvernement