mediacongo.net - Actualités - 21 décembre 2011 - 21 décembre 2016: 5 ans déjà depuis que Joseph Kabila a prêté serment pour la 4e fois 
Infos congo - Actualités Congo - sbt

10 secondes restantes    Passer la publicité

Retour Politique

21 décembre 2011 - 21 décembre 2016: 5 ans déjà depuis que Joseph Kabila a prêté serment pour la 4e fois

21 décembre 2011 - 21 décembre 2016: 5 ans déjà depuis que Joseph Kabila a prêté serment pour la 4e fois 2016-12-21
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/decembre/1-4/kabila_prestation_serment_16_003.JPG Kinshasa-

Joseph Kabila Kabangé le 20/12/2011 à Kinshasa, durant sa prestation de serment devant des juges de la cours suprême

Cela fait exactement 5 ans depuis que le président Joseph Kabila a prêté serment pour la quatrième fois pour le fauteuil présidentiel.

La première fois qu’il a accompli cet exercice de haute facture, c'était le 26 janvier 2001, après l'assassinat de M'zée Laurent-Désiré Kabila.

La seconde fois que Joseph Kabila  s’est soumis à cet exercice, c'était en 2003, au terme du dialogue de Sun City qui accoucha du fameux système « 1+4 » pour 1 président et 4 vice-présidents. C’est cette formule magique qui a conduit à une transition de trois ans, jusqu'à l'organisation de premières élections dites « libres et démocratiques » en République démocratique du Congo.

Ayant remporté ces élections de 2006, face à Jean-Pierre Bemba, Joseph Kabila a dû se plier à cette exigence constitutionnelle pour la 3è fois. Malheureusement les congolais,  et les kinois en particulier,  ont été plus affectés par les violents  affrontements à Kinshasa, les 20, 21 et 22 mars 2007, entre la garde rapprochée du candidat malheureux et la Garde Républicaine.

Et enfin, c'était le 21 décembre 2011, pour la quatrième et dernière fois que Joseph Kabila a juré de respecter la Constitution, après avoir remporté la bataille des urnes face à Étienne Tshisekedi, qui n'a jamais reconnu la défaite.

Les Congolais se rappellent encore de cérémonie solennelle organisée à la cité de l'Union africaine, dans un climat pesant suite aux contestations et irrégularités, par ailleurs reconnues. L’événement avait été rehaussé de la présence du Zimbabwéen Robert Mugabe, qui par ailleurs était le seul invité de marque.

Cinq ans après, les Congolais n'ont pas eu droit à cet exercice de haute portée politico-historique, l'élection présidentielle n'ayant pas eu lieu dans les délais requis. Ce rendez-vous est donc reporté pour 2018, selon l'accord politique du dialogue de la cité de l'UA, signé le 18 octobre dernier. Point de vue que ne partage pas l’opposition réunie au sein du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement  (« Rassemblement ») qui ne jure que par « 2017 » pour avoir un nouveau président à la tête du pays.


MCN TEAM / mediacongo.net
2090 suivent la conversation
11 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Aigle royal - 23.12.2016 15:27

boyebisa ye atika pe ekoki. 4 serments ? c'est trop

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bana - 22.12.2016 11:52

Mes chers frères et sœurs! pour l'instant, nous devons tourner notre regard vers les autorités qui entourent KABILA car ce sont eux qui ont boutiquent tout cela au profit de leur chef. je crois qu'il faut commencer l'opération tant entendu "TO YEBI NDAKU".

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
avatar
QUI ES-TU ? - 22.12.2016 10:49

Un ingrat, voleur, cupide, stupide, assassin, corrupteur sans intelligence à la tête du pays, et vous espéré quelques chose de meilleur de sa part? Kabila ou Kanambe je sais plus, n'à jamais respecté ses propre paroles, en 2018 Il vous diras que la caisse est vide, donc accordé moi encore 3ans ainsi de suite. mais il y a une solution pour qu'il quitte aussi comme tous les autres dictateurs de son genre par un Ass...

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 22.12.2016 08:47

je honte pour la nation

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
avatar
Mafuila Kumbunu Malangidila nzambi - 22.12.2016 08:05

Ingrant qu'il est, après ces 4 fois de prestations de serment, quel est sont bilan pour la RDC? Aujourd'hui au lieu de partir dans le calme et sortir par la grande porte, il ne veut pas. les USA s'en chargera de son sort et le 3ème hero de ce pays par défaut sera lui.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Albert Ilunga - 22.12.2016 07:46

Il y a des commendataires qui ne valent pas la peine d'être faits car ils prouvent le manque de la maîtrise des lois de notre pays. Tenez,JKK ne s'est jamais prononcé qu'il sera encore candidat. De deux,si l'organisation des élections en 2016 finissant n'a pas été possible, la responsabilité est partagée entre le Gouvernement qui a in chef, le premier ministre, la Ceni, le président et la classe politique de deux bords car ne perdons pas de vue que l’opposition a rejeté à deux reprise les calendriers élecoraux y compris le recensement de la population. De trois, face à ces réalités,mettons-nous d'accord pour aller aux élections en 2017 ou 2018 tel que nous proposeront...

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
emmanuel - 22.12.2016 07:20

Il pretera serment pour la cinquieme fois. Soyez en convaincus.

Non 3
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Rdcongo - 21.12.2016 23:48

Pourquoi le sénateur JKK nous laisse sans légitimité après avoir eu tous les soutiens dans la mise en place des institutions issues des élections.la Présidence, Senat, Assemblées provinciales et bientot le parlement sans légitimité. c'est vraiment de l'ingratitude et égoïsme et anti patriotique.

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
mokomboso - 21.12.2016 22:13

TJB, je te mets en defis si les elections comme tu le pretends, auront lieu en 2018. 1. jusque la la ceni est incapable de donner une date exacte de la tenue des elections. 2. kabila n'est pas un homme de parole. En juin 2007, Il a dit a jeune afrique "que la constitution est sacree et que le pouvoir use et qu'il abandonnera a la fin de son mandat(ndlr: 2016) 3. l'opposition en 2015 avait evoque le glissement et vous, au sein de majorite, avait qualifie ca de proces d'intention A tous faits, attendons nous a la modification des articles de la constitution qui genent(kabila). Nous vous attendons, certains de vous, vont nous rejoindre en 2018. si vous etes sinceres. wait and see

Non 2
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Dino 316 - 21.12.2016 22:07

Mr.TJB, il faut se mettre au juste milieu pour faire un jugement, vous connaissez le sens d'un serment ? L'a-t-il respecté ? Et pourtant il a juré respecter la constitution et je vous rappelle que, le fait de ne pas avoir organisé les elections, viole celle-ci. merci

Non 4
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
TJB - 21.12.2016 21:32

Ce sont des articles dans la même de tous ceux qui tendent à soulever le peuple face à une situation qui n'aurait jamais du être aussi dramatique. Les 4 prestations de serment de Kabila n'avait qu'un seul but créer des institutions solides en y associant le peuple,la 4eme prestation était la dernière.Je ne vois pas,en tout cas je ne pourrais pas comprendre que celui-là même qui a balisé tout cela le détruise aujourd'hui.

Non 3
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Léonard She Okitundu : « Nous allons tout faire pour organiser des élections en 2017 »

Politique 21.02.2017,

Félix Tshisekedi à Kabila : "Le Rassemblement ne proposera pas 3 noms pour la Primature"

Politique 21.02.2017, Kinshasa

Succession à Tshisekedi : Ewanga dans l'arène

Politique 21.02.2017, Kinshasa

Henri-Thomas Lokondo : "Seul Kabila peut mettre fin au pourrissement actuel"

Politique 20.02.2017, Kinshasa