mediacongo.net - Actualités - AVC : l'exercice physique protège le cerveau avant et le restaure après

Retour Santé

AVC : l'exercice physique protège le cerveau avant et le restaure après

AVC : l'exercice physique protège le cerveau avant et le restaure après 2016-12-20
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/decembre/19-25/physique_16_0001.jpg Kinshasa-

Un, deux, un deux ! L'exercice physique, c'est bon pour la forme, mais aussi le cerveau. Le sport agirait ainsi contre les effets délétères d'un accident vasculaire cérébral.

Beaucoup d'entre nous connaissent les bienfaits d'un petit footing ou d'une séance de natation sur la forme physique et le bien-être général. Peut-être savez-vous aussi que l'activité sportive améliore les performances cognitives. Un effet dont on peut tirer parti de manière très concrète, pour lutter contre les accidents vasculaires cérébraux (AVC). Une étude parue dans Frontiers in Aging Neuroscience décrit les avantages à pratiquer une activité physique chez des souris modèles d'AVC.

« Notre étude suggère que l'exercice physique peut être un facteur préventif, mais également une approche thérapeutique pour optimiser la récupération après un AVC », détaille le Dr Evgenia Kalogeraki, auteure principale et chercheuse à la Georg-August University en Allemagne.

Le sport, rempart contre la dégradation du cerveau

Les chercheurs ont étudié des souris modèles d'AVC, selon leur activité physique. Ils ont particulièrement observé la plasticité (c'est-à-dire la capacité du cerveau à se réorganiser pour se réparer) de la dominance oculaire. Cette capacité à utiliser un œil plutôt qu'un autre, ou les deux, en fonction de la tâche, diminue normalement avec l'âge.

Les résultats confirment plusieurs aspects. Les souris plus âgées qui pratiquent une activité physique (grâce à une roue par exemple), conservent la plasticité de la dominance oculaire. Les cobayes ayant libre accès à une roue de course conservent cette plasticité même après avoir subi un AVC. Les souris qui s'exercent tout au long de leur vie sont aussi mieux à même de prévenir et réduire les effets néfastes de l'AVC. Enfin, les rongeurs qui n'ont pas pratiqué avant l'AVC mais qui débutent une activité physique par la suite récupèrent aussi vite que les sportives avant l'AVC.

Ces données obtenues chez les souris devront être confirmées chez l'Homme, mais elles vont dans le même sens que les nombreux résultats en faveur de l'exercice physique. Pratiquer une activité sportive régulièrement protégerait ainsi le cerveau des dégâts provoqués par un AVC. Après l'accident, le sport adapté accélèrerait la récupération et protègerait du risque d'un second AVC.

Mathilde Ledieu
Top Santé / MCN
776 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Crise cardiaque : habiter à un étage élevé diminue le taux de survie
AUTOUR DU SUJET

Le cerveau plus malléable qu'on ne le croyait

Science & env. ..,

Produits générateurs des recettes : les cosmétiques rapportent plus que Ogefrem et CEEC réunis

Style et Beauté ..,

Angola : le MPLA dément les rumeurs sur l’état de santé de Dos Santos

Afrique .., Luanda, Angola

Retour au Cameroun pour Rigobert Song

Sport ..,