mediacongo.net - Actualités - Gouvernance forestière : WWF et la presse francophone en synergie pour améliorer la gestion durable des forêts du Bassin du Congo

Retour Science & env.

Gouvernance forestière : WWF et la presse francophone en synergie pour améliorer la gestion durable des forêts du Bassin du Congo

Gouvernance forestière : WWF et la presse francophone en synergie pour améliorer la gestion durable des forêts du Bassin du Congo 2016-12-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/decembre/1-4/presse_gestion_forestiere_16_004.jpg -

Des journalistes des pays du Bassin du Congo ont pris part, du 8 au 9 décembre à Douala (Cameroun), à un atelier de formation des journalistes membres de l’Union internationale de presse francophone (UIPF) sur la gestion durable et la gouvernance forestière. L’Hôtel Vallée des Princes de Douala a servi de cadre à l’organisation de cet atelier au cours duquel il s’est agi notamment d’équiper les hommes et femmes des médias en outils pour la récolte et le traitement efficient de l’information sur la protection de l’écosystème. Il était également question d’échanger et partager les connaissances en matière de gestion de l’écosystème ainsi qu’échanger entre professionnels des médias sur les principaux outils et filtres d’information.

Le président de l’Union internationale de presse francophone/section Cameroun, Aimé Robert a, au nom des participants, dit avoir ressenti le besoin de s’abreuver à la bonne source et apprendre la terminologie appropriée pour communiquer utile, mieux sensibiliser les communautés locales et mieux servir les consommateurs de l’information. C’est également, a-t-il ajouté, une occasion de mieux vendre les valeurs de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) à travers l’UIPF, secteur environnement.

Pour sa part, Durrel Halleson, coordinator Business et industries à WWF, a proposé aux participants les outils de gestion durable des forêts dans le secteur de l’exploitation forestière ; avant de s’appesantir sur « les industries extractives et les agro-industries : problématique et enjeux au Cameroun ».

A sa suite, Norbert Sonne est revenu à la charge pour entretenir les participants sur «  la responsabilité sociétale des entreprises forestières ». S’attardant sur le dossier, M. Sonne a fait savoir que la démarche est volontaire, elle consiste par l’entreprise forestière de prendre en compte des enjeux sociaux et environnementaux en plus de ceux prescrits par la loi.

La criminalité faunique va bien au-delà du braconnage

Alain-Bernard Ononino, chargé de la criminalité faunique à WWF Cameroun, a axé sa communication sur le braconnage et la criminalité faunique : acteurs, modus operandi et conséquences. Cet exposé a eu l’avantage de faire prendre conscience aux professionnels des médias de l’étendue du braconnage et trafic illicite des espèces fauniques dans le Bassin du Congo en particulier. Sa communication a culminé sur un message interpellateur selon lequel « la criminalité faunique va bien au-delà du braconnage. C’est une active criminelle organisée à l’échelle internationale et très lucrative. Une collaboration renforcée entre les services en charge de l’application de la loi est fondamentale. Des lois et procédures existent pour combattre ce fléau et doivent être effectivement appliquées en combattant la corruption et infractions assimilées.

Au deuxième jour de ces assises, Belmond Tchoumba, coordonnateur du Programme Forêt en Afrique centrale, a entretenu les professionnels des médias sur « l’aperçu général de la gouvernance forestière en Afrique centrale ».

Dr Zacharie Nzooh a dressé l’état des lieux de la faune au Cameroun avant que Alain-Bernard Ononino ne boucle la série de communication par le rôle de la presse et des journalistes dans la lutte contre la criminalité faunique et forestière en Afrique centrale.

Pour lui, il est important que les professionnels des médias s’investissent dans la collecte des informations fiables en vue de jouer de manière efficiente leur rôle dans la lutte contre la criminalité faunique et forestière en Afrique centrale. Et ce, avant de circonscrire en quatre axes ce rôle du professionnel des médias des pays membres du Bassin du Congo.

Il s’agit de présenter la valeur intrinsèque de la biodiversité et de la faune en particulier (valeur écologique, économique, sociale et culturelle) ; présenter l’ampleur du braconnage, du commerce illégal de la faune et de la criminalité faunique en général et ses conséquences multiformes ; présenter les efforts (initiatives, activités et résultats) de différentes parties prenantes (gouvernement et partenaires) dans la conservation de la biodiversité ; présenter le rôle des communautés locales et des peuples autochtones dans la conservation et la gestion durable des ressources naturelles et alerter l’opinion publique sur les obstacles et irrégularités liés à la lutte contre la criminalité faunique.


MCN TEAM / mediacongo.net
706 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : C’est prouvé : vous ne pouvez pas avoir plus de 150 « vrais » amis sur Facebook
left
ARTICLE Précédent : Une Firme suisse compte s’impliquer dans la construction des parcs publics en RDC