mediacongo.net - Actualités - Neuf femmes violées en trois semaines à Kisangani 
Retour Provinces

Neuf femmes violées en trois semaines à Kisangani

Neuf femmes violées en trois semaines à Kisangani 2016-12-11
Femme / Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/decembre/5-10/violence-sexuelle-aux-femmes-en-rdc.jpg Kisangani-

Femme victime de violences sexuelles

Neuf femmes ont été violées, en trois semaines dans la commune de Kabondo, à  Kisangani (Tshopo).Le Consortium d’ONG pour la protection de l’enfant et de la femme (COOPEF) a livré ce bilan, samedi dernier, dans un point de presse.

Selon le coordonnateur de cette structure, Symphorien Nkolomonyi, le présumé bourreau est un évadé de la Prison centrale de Kisangani qui agresse et violente ses victimes avant de commettre son forfait:

« Lorsqu’il constate qu’une femme se rend au champ d’une manière isolée, il la capture et l’étrangle. Après la perte de connaissance, il procède à violenter la personne. C’est pourquoi, nous avons demandé aux autorités de faire le plaidoyer auprès des plusieurs partenaires pour assurer la sécurité de ces femme qui ont peur de fréquenter les champs de manière isolée ».

Il a indiqué que toutes les victimes ont été violées après avoir été capturées isolement sur le chemin du champ ou encore à la source pour puiser de l’eau.

Selon les témoignages rapportés par le COOPEF, les  victimes dont l'âge varie entre 16 et 45 ans décrivent le présumé violeur comme un homme très agressif.

Les autorités municipales de la commune de Kabondo qui affirment avoir ouvert une enquête à ce sujet, s’emploient également avec la police nationale et les services de sécurité pour appréhender ce malfrat.

Les victimes quant à elles bénéficient d’une prise en charge médicale dans une structure sanitaire de la ville.


RO
1501 suivent la conversation
4 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
JC.L - 14.12.2016 13:04

Une raison de plus pour être raisonnable et se donner la chance d'aboutir aux élections et de faire partir ce JKK. Tout ceci est de sa faute,il avait ouvert toutes les portes des prisons au lieu de fermer hermétiquement. Svp,ce n'est pas par la guerre ou des troubles qu'on gagnera ce combat. Bien au contraire il s'en servira contre nous pour retarder la tenue des élections. Ouvrons les yeux !

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Nsaki-Madeso Musaka Potopoto - 12.12.2016 08:00

La Bible nous dit ceci : "Si ton bras ou ton oeil avec lequels tu commets le péché t'empêchent d'aller au ciel, il faut les couper et les jeter loin de toi". Alors l'arme avec laquelle ces violeurs "font leur sotise" est connue de tous, coupons-la leur et jetons la loin d'eux, au moins, il n'y aura plus de violencex sexuelles et ces anciens violeurs pourront aller quand-même au ciel sans cette arme destructrice.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
emmanuel - 12.12.2016 07:23

Ah mon Dieu. Tous ces marginaux leur place se trouve en prison. Mais nos prisons n'ont pas suffisamment d'espace. il va falloir en construire une bonne centaine.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
CRBK - 11.12.2016 18:47

C'est là que nous voudrions voir les actions vigoureuses de la police nationale congolaise, de l'armée, de la garde républicaine, de l'ANR et non sur les manifestations pacifiques. Nous attendons la suite de l'enquête

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Le Festival Amani se tiendra du 13 au 15 février 2015 à Goma