mediacongo.net - Actualités - La gestion du paysage des lacs Tele et Tumba préoccupe l’ICCN et le WWF

Retour Science & env.

La gestion du paysage des lacs Tele et Tumba préoccupe l’ICCN et le WWF

La gestion du paysage des lacs Tele et Tumba préoccupe l’ICCN et le WWF 2016-12-08
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/decembre/5-10/iccn_16_0001.jpg Kinshasa-

La gestion durable du paysage des lacs Tumba et Tele dans la zone transfrontalière entre la RDC et le Congo-Brazzaville s’inscrit parmi les priorités des organisations non gouvernementales du secteur environnemental. Parmi eux, le Fonds mondial de la nature (WWF) et l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN). Dans cette optique, ces deux structures ont validé une stratégie commune de gestion de ce paysage riche en biodiversité.

C’était au cours d’un atelier organisé le mardi 6 décembre à Kinshasa,et consacré à cet exercice.

Organisé en partenariat avec avec l’Agence américaine de développement (USAID) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), à travers le projet GEF, cet atelier s’inscrit dans le cadre du « Projet de catalysation de la gestion durable des forêts sur le site des zones transfrontalières humides des Lacs Tele et Tumba [LTLT] ».

A l’issue des travaux, les experts ont recueilli les commentaires de différentes parties prenantes sur le document préliminaire de la stratégie produit par le consultant et les ont intégrés dans ce document avant de valider le document final de la stratégie.

Selon le chargé de programme Wild life à WCS RDC, Alfred Yoko, les lacs Tele et Tumba disposent d’un paysage qui regorge l’essentiel de l’eau douce de l’Afrique centrale. « …on n’a jamais eu le temps d’élaborer une stratégie ou un plan de gestion de ce paysage. WWF a donc ressenti le besoin de produire le document de la stratégie de gestion transfrontalière des lacs Tele et Tumba, qui puisse engager les deux Etats sur lesquels se trouvent ces lacs, notamment la République démocratique du Congo et le Congo-Brazzaville », a-t-il ajouté.

Selon les experts, le paysage des lacs Tele et Tumba est la plus grande forêt humide et la deuxième zone humide du monde. Il couvre 126 440 km2 et est situé à cheval entre la République du Congo, avec 54 000 km2 et la République démocratique du Congo, soit 72 439 km2. Environ 70% de la zone sont couverts de forêts et d’herbages humides, inondés de manière saisonnière, le reste étant constitué de la terre ferme et de savane.

Les spécialistes affirment que « ce paysage joue un rôle essentiel dans le climat et l’hydrologie du Bassin du Congo ainsi que dans la gestion des points d’eau aussi bien en Afrique que dans le monde ». Il est d’autant plus exceptionnel qu’il abrite de grandes densités de trois grands primates d’Afrique, notamment les gorilles, les chimpanzés et les bonobos. Les autres espèces présentes dans ce paysage sont les éléphants de forêt, les hippopotames, etc.

La diversité faunique halieutique est non seulement un indicateur de la biodiversité, mais la base des moyens de subsistance de la plupart des communautés. La biodiversité et les ressources naturelles du paysage sont de plus en plus menacées par les destructions d’habitat résultant de l’exploitation forestière ; les activités de subsistance non durable ainsi que la chasse et la pêche commerciales.

La solution à long terme pour protéger la biodiversité et les fonctions de services d’écosystème du paysage des lacs Tele et Tumba est un réseau d’aires protégées gérées de manière efficace des partenariats englobant des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux, ainsi que les communautés locales.

En fait, quatre aires protégées sont opérationnelles dans le paysage des Lacs Tele et Tumba. Il s’agit de la Réserve communautaire du lac Tele en République du Congo, créée le 10 mai 2001 couvrant une superficie de 4400 km2 ; de la Réserve naturelle du Triangle de la Ngiri en RDC, créée le 8 novembre 2011, pour une superficie de 5500 km2 ; de la Réserve naturelle de Tumba-Lediima en RDC, créée le 7 décembre 2006 couvrant une superficie de 7678 km2 et la Réserve scientifique de Mabali en RDC, créée en 1949 avec 18 km2. De ces quatre aires protégées, seules les réserves de la Ngiri et Mabali disposent d’un plan de gestion durable.


MCNTEAM / mediacongo.net
160 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : C’est prouvé : vous ne pouvez pas avoir plus de 150 « vrais » amis sur Facebook
left
ARTICLE Précédent : Une Firme suisse compte s’impliquer dans la construction des parcs publics en RDC
AUTOUR DU SUJET

Des partenaires honorés de leur appui à la gestion des aires protégées en RDC

Science & env. 23.11.2016, Kinshasa

Les forêts du bassin du Congo à l’ordre du jour de la 16ème réunion du PFBC à Kigali

Science & env. 21.11.2016, Kinshasa

Ituri: nouvelles mesures de protection de la Réserve de faune à okapis

Science & env. 30.08.2016,

Stop à l’exploitation illégale en RDC : l’ICCN réintroduit dans la nature une centaine de...

Science & env. 01.08.2016,