mediacongo.net - Actualités - OMS : plaidoyer pour une réponse multisectorielle à l’épidémie de choléra en RDC 
Retour Santé

OMS : plaidoyer pour une réponse multisectorielle à l’épidémie de choléra en RDC

OMS : plaidoyer pour une réponse multisectorielle à l’épidémie de choléra en RDC 2016-09-29
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2016_actu/septembre/du_26_au_2/cholera_lutte_16_001.JPG Kinshasa-

Depuis que la ville de Kinshasa vit sous l'épidémie du choléra, le gouvernement et ses partenaires, notamment l’OMS, œuvrent dans la synergie pour empêcher sa propagation dans toute la ville de Kinshasa.

La lutte contre le choléra implique une approche multisectorielle en vue d’une réponse efficace. C’est à cette fin qu’une équipe de l’OMS RD Congo conduite par le Dr Allarangar Yokouidé, représentant résident de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a été reçue en audience par Justin Kalumba Mwana Ngongo, ministre des Transports et des Voies de communication. Cette audience fait suite à des lettres de plaidoyer envoyées par le représentant de l’OMS à plusieurs membres du gouvernement de la RDC, à savoir le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, le ministre des Mines, le ministre des Médias et de la Communication et le ministre des Transports et des Voies de communication.

La situation épidémiologique du cholera, les facteurs favorisants de cette épidémie ainsi que les facteurs spécifiques de propagation liés au transport des personnes le long du fleuve Congo ont été au centre des discussions entre le ministre des Transports et le représentant de l’OMS en RDC. Le Dr Allarangar a fait savoir au ministre des Transports que le nombre de cas enregistrés dans les huit premiers mois de 2016 dépasse largement le total de cas notifiés pour toute l’année 2015 et le nombre de décès pour les huit premiers mois de l’année en cours dépasse déjà le double des décès rapportés en 2015.

Le représentant de l’OMS a indiqué que les conditions d’hygiène dans les ports le long du fleuve Congo ainsi qu’à bord des bateaux et baleinières favorisaient la contamination des voyageurs lors du transport avec des décès rapportés. Pour réduire le risque de propagation de cette maladie, des actions de sensibilisation des armateurs et des usagers des embarcations sur le fleuve Congo ont été entreprises au cours de l’année 2015 avec l’appui des partenaires, mais, pense le Dr Ernest Dabiré, coordonnateur du Cluster Santé à l’OMS/RDC, elles doivent être redynamisées pendant cette période de l’épidémie. ‘‘Il s’avère aujourd’hui qu’un travail supplémentaire de mobilisation sociale et d’engagement des autorités, des armateurs et des voyageurs est plus que nécessaire, particulièrement en termes de renforcement des capacités du personnel navigant pour une meilleure prise en charge éventuelle des malades du choléra durant le voyage’’, a laissé entendre le Dr. Il a plaidé pour la présence dans les embarcations d’un kit de prise en charge initiale des cas suspects de choléra.

Pour la délégation de l’OMS, ‘‘l’appui efficace du ministère des Transports et des Voies de communication pour le renforcement des mesures de prévention et de contrôle du choléra dans les bateaux et les ports, la mobilisation des acteurs du transport fluvial, la désinfection des embarcations et le contrôle sanitaire des voyageurs requièrent une attention particulière et soutenue pour prévenir la propagation à une large échelle de l’épidémie des provinces touchées vers Kinshasa et d’autres localités", a indiqué le Dr Dossou Vincent Sodjinou, gestionnaire de l’épidémie pour l’OMS en RD Congo.

Le ministre des Transports préoccupé

Le ministre des Transports et des Voies de communication s’est dit très préoccupé par l’ampleur de l’épidémie de choléra en cours le long du fleuve Congo, redoutant une large propagation à Kinshasa, ville de plus de 10 millions d’habitants. ‘‘Chaque fois qu’il y a un décès dû au choléra, a-t-il reconnu, c’est une question de préoccupation nationale. "Avec ces chiffres de près de 600 décès sur les 20.000 cas enregistrés depuis le début de l’année en cours et, surtout, le doublement des cas et décès par rapport à l’année dernière, cela prouve à suffisance la gravité de la situation pour que des actions concrètes soient immédiatement entreprises’’, a-t-il poursuivi.

Sur le champ, le ministre des Transports a décidé de la convocation urgente d’une réunion des promoteurs des ports privés, des armateurs et conducteurs des bateaux et des baleinières pour une forte sensibilisation sur les mesures de prévention et de contrôle du choléra dans les lieux susmentionnés. "Certaines mesures dépendent d’autres ministères ; il faut donc organiser urgemment une réunion interministérielle pour définir de manière cohérente les actions à mener et un budget circonstancié", a ajouté le ministre Justin Kalumba Mwana Ngongo. Il a également dit que son ministère allait appuyer "des équipes itinérantes de sensibilisation le long du fleuve Congo ainsi que l’opération d’identification des ports clandestins utilisés par les bateaux qui échappent au contrôle sanitaire".


adiac-congo
687 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Crise cardiaque : habiter à un étage élevé diminue le taux de survie
AUTOUR DU SUJET

Nouvelle alerte au choléra dans la province de la Mongala

Santé ..,

L’OMS envoie des kits pour lutter contre le choléra à Lisala

Santé ..,

Choléra: Kinshasa n'a plus enregistré de décès depuis deux semaines

Santé .., Kinshasa, RDC

Choléra à Kinshasa : «situation stable et maîtrisée», rassurent les experts

Santé ..,